La grande rivière

Anne Rossi

Magnard Jeunesse, 2015

Elle découvrait avec surprise qu'elle ne regrettait rien. Ni sa tribu, ni les montagnes, ni même sa famille. Le bonheur de partir à l'aventure l'emportait sur tout le reste.

Grenouille a les mains palmées. Son grand-père l’a toujours protégée mais il vient de mourir et dans sa tribu, son handicap est mal vu. Elle décide de remonter la rivière persuadée de trouver au bout un pays merveilleux.
En chemin, elle croise Arbas, un enfant estropié d’un bras et chassé par sa tribu. Ils voyagent ensemble, compare les coutumes de leur tribus…

Un très beau roman initiatique autour du handicap et de la différence.
Je pense que l'histoire se passe dans un monde imaginaire mais on pourrait le rapprocher de tribu préhistoriques. J'ai même pendant un moment pensé qu'il s'agissait de tribus vivant en Amazonie. Peu importante.
Les deux personnages sont très attachants. J'ai aimé leur rencontre et la confrontation de leur deux cultures.
Grenouille est très dynamique, pleine de rêves, d’énergie. Arbas est plus réservé, craintif. Leur différence devient ajoutée l'une à l'autre une force. C'est un peu facile mais c'est joli aussi.
Les enfants découvrent de nouvelles tribus, de nouvelles coutumes... s’ouvrent peu à peu aux autres et découvrent même que ce qui est considéré comme un handicap chez eux devient une force ailleurs.

Proposé par Virginie

Écrire commentaire

Commentaires : 0