Coups de coeurs

Livres, CD, DVD, applications, sites Internet, nous partageons avec vous nos lectures, découvertes...

Les petites reines

Clémentine Beauvais

Sarbacane (Exprim') 2015

"Le feminisme, chère Hakima, c'est l'idée qu'on ne naît pas femme, on le devient. Et que c'est un peu la merde de le devenir dans un monde où les mecs en sont encore à faire des concours de Boudins."

 

Mireille, adolescente un peu ronde et pas particulièrement jolie mais dotée d'un solide sens de l'humour, est couronnée chaque année « Boudin d'or ». Le concours est organisé par Malo, son ami d'enfance. Cette année, elle n'obtient que la troisième place et s'en amuse. Mais lorsqu'elle rencontre Astrid et Hakima, respectivement boudin d'or et boudin d'argent, et constate leur désarroi, elle décide de prendre les choses en main. Elle propose sous forme de plaisanterie de se rendre à Paris  à vélo pour arriver le 14 juillet ce qui permettra à Astrid d'assister au concert d'Indochine, à Hakima de plaider la cause de son frère, militaire blessé en mission et qui attend les résultats d'une commission et à elle-même de rencontrer son père qu'elle n'a jamais vu et qui est mariée à la présidente de la république.

Mais peu à peu, l'idée prend son chemin, les trois adolescentes s’entraînent, projettent de financer leur projet en vendant des boudins et viennent à bout des réticences de leur parents en se faisant accompagner de Kadher, le frère handicapé d'Hakima. Les voilà tous les quatre partis pour Paris. Leur voyage d'abord relayé par la presse locale fait le buzz et passionne la France entière...

 

Mireille est la narratrice, le roman est construit à la première personne. Il y a beaucoup de dialogues. Le roman donne malgré tout des avis différents de celui de Mireille parce qu'il cite des extraits de journaux ou de blog, d'interventions sur les réseaux sociaux..

Le roman aborde plusieurs thèmes sinon tabous, du moins difficiles. Le premier : le harcèlement à l'école avec ce concours qui chaque année sélectionne les « boudins ». Un harcèlement d'autant plus violent qu'il se situe dans le lycée, sur les réseaux sociaux et qu'il est finalement relayé dans la presse locale.

Mais il s'agit aussi d'abandon. Le père d'Astrid est parti quand elle était petite et elle n'en a plus de nouvelle, celui de Mireille ne répond pas à ses courriers. Sans vouloir trop en dévoiler de l'histoire, les pages sur Mireille et son père sont particulièrement émouvantes.

 

Le roman aborde aussi la guerre au XXI° siècle. Et une guerre violente avec une bataille au cours de laquelle tous les participants sont morts à l'exception de Khader qui est depuis handicapé et qui ne vit plus. Mais leur voyage permet à nos héros de dépasser leur difficulté. En chemin, ils arriveront même à pardonner. 

 

Dès les premières pages, on est emporté par l'humour de Mireille. Elle a beaucoup de recul, elle perçoit les choses avec finesse et humanité.

Il y a beaucoup de rythme dans ce roman. On ne s'ennuie pas un instant. Le roman autant dans ses thèmes que dans son traitement est très actuel. Clémentine Beauvais s'amuse à imaginer les réactions des réseaux sociaux, de la population... C'est très réaliste.

Tout au long du roman, on oscille entre rire et larme. C'est un roman touchant qu'on n'oublie pas.

J'ai particulièrement apprécié la fin qui par bien des aspects remets en cause tout ce que les héros croyaient et qui les a poussés sur les routes.

 

Lire la suite 0 commentaires

Une lettre pour Lily... la licorne

Christian Ponchon, Rebecca Dautremer

Gauthier-Languereau, 2002

 Connais-tu les dernières nouvelles ?

Le poussin a croqué deux renards, la truie a eu des cochonnets noirs et la chatte des chatons roses...

Ce sont les chèvres qui me l'ont dit. Y'a pas plus commères que ces animaux-là !

Le facteur a une lettre pour Lily la licorne. Les animaux de la ferme le renvoie de l'un à l'autre à la recherche de Lily.

Elle doit être bien belle, bien blanche... cette licorne soupire le facteur mais la remise du courrier est sans cesse reportée.


On s'amuse à suivre ce pauvre facteur à la recherche de la licorne. Les animaux lui donne plein de petits indices amusants auxquels on ne prête pas tout de suite attention : le mouton attend un courrier du loup, le cochon attend du savon...

Le texte est plein d'humour et la chute est drôle.

Les illustrations, vraiment très belles, accompagnent très bien le texte. On a envie de plonger ses mains dans la laine des moutons.

Un album à savourer tous les "premier avril".

Lire la suite 0 commentaires

Frida et Petit Ours

Hanne Bartholin, Anthony Browne

Kaléidoscope, 2015

Frida dessine une forme et la donne à Petit Ours.

"Essaie de transformer cette forme en quelque chose, Petit Ours", propose Frida.

Petit Ours observe la forme... et se met à dessiner.

Il transforme la forme en petit chien.

 

album pour enfant

Petit Ours aime bien dessiner mais il n'a plus d'idée. Alors son amie Frida dessine une forme et lui propose de la transformer en autre chose. Et ça fonctionne, Petit Ours a de nouveau des idées. Se met alors en place un jeu de défis.

 

Un album tout simple mais plein de charme. Les dessins des deux animaux apparaissent sur des feuilles quadrillées. Du coup, on comprend bien la différence avec les illustrations de l'histoire.

Les deux petits personnages sont tout mignons.

L'album donne envie de faire pareil et pourrait être l'occasion de lancer de petits défis similaires aux enfants (ou aux adultes) D'ailleurs le muz, Musée des œuvres des enfants, a créé une page spéciale autour de l'album pour inciter les enfants à dessiner à leur tour.

3 commentaires

Marcel et Hugo

Anthony Browne

Kaléidoscope, 2011

Tout le monde semblait avoir des amis.

Tout le monde sauf Marcel

 

Marcel et Hugo Browne

Chimpanzé vivant dans un monde peuplé de gorilles, Marcel se sent seul. Mais un jour, dans un parc, il fait une rencontre percutante avec Hugo Rille, un gorille gigantesque mais gentil. Ils passent ensemble une belle journée.

 

On retrouve Marcel dans une belle histoire autour de l'amitié. Comme toujours avec Anthony Browne, les détails et les références sont nombreux.

On a dès le début une opposition entre Marcel, tout seul, et le parc qu'il traverse où tout le monde et tous les objets sont à plusieurs. Les chiens, les chats, les bananes... tout le monde est en groupe. 

La rencontre entre les deux héros est riche de complémentarité entre texte et image. Là où le texte dit :

Un jour, Marcel se promenait dans le parc... perdu dans ses pensées... Hugo Rille courait... ils se rencontrèrent

l'illustration montre à quelle point cette rencontre doit être violente pour Marcel qui se retrouve par terre.

On s'amuse de cette amitié des contraire avec Marcel tout petit et Hugo géant parmi les gorilles, tellement grand que l'horrible Pif la terreur prend peur. On peut s'amuser à remarquer que le smiley rouge et agressif de Pif blanchit d'effroi devant le nouvel ami de Marcel.

Pour moi, Hugo est un peu mystérieux. Déjà, on ne sait pas très bien si en courant dans le parc, il fuyait quelque chose. Ses vêtement sont abîmés au moment de la rencontre . Il apparaît parfois un peu simple : il ne semble pas savoir lire. Mais il a beaucoup d'humour : par exemple, il se moque des coureurs.

Il est intéressant de s'arrêter sur cette page avec les enfants. Pourtant, Hugo affirme " ils ont vraiment l'air de s'amuser" et Marcel rit. C'est l'occasion de revenir sur l'ironie de la scène. D'autant qu'on sait que souvent, un mur de brique en fond de page signifie avec Anthony Browne que quelque chose ne va pas.

Il y a tellement de petites choses à observer : la famille dans une cage au zoo,  les gorilles qui regardent méchamment Hugo dans la bibliothèque... qu'il faut de nombreuses lecture pour tout voir et encore n'est-on pas sûre de tout percevoir.

 

J'aime aussi beaucoup cette vision de l'amitié entre ces deux personnages si différents qui se complètent et se protègent l'un l'autre. Hugo défend Marcel devant Pif mais Marcel apparaît à son tour comme un protecteur d'Hugo devant l'araignée et Marcel reprend la phrase exacte d'Hugo pour le faire.

La dernière page avec les deux héros qui se retrouvent bras ouverts, chacun étant un peu imprégné de l'autre : Hugo porte le pull en jacquard de Marcel et on sait que c'est un symbole de fragilité chez Anthony Browne tandis que Marcel a quitté son célèbre pantalon en velours pour un jean flambant neuf comme en porte Hugo.

 

 

Proposé par Virginie

Lire la suite 0 commentaires

Marcel le rêveur

Anthony Browne

Editions Kaléidoscope, 1997

Parfois Marcel rêve qu'il est une vedette de cinéma ou chanteur, ou sumo, ou danseur étoile... Marcel rêve. 

 

 Confortablement installé dans son fauteuil, Marcel rêve. Il s'imagine géant, minuscule, en train de voler ou perdu en mer... Marcel rêve.

 

Cet album peut être lu à n'importe quel âge du tout-petit à l'adulte, chacun y trouvera de l'intérêt et du plaisir. 

 

A chaque page, un nouveau rêve et de nouvelles références à la peinture essentiellement mais aussi à la chanson, à la littérature, au cinéma et à Anthony Browne lui-même. L'auteur glisse un peu partout des bananes mais aussi des échantillons des vêtements, du fauteuil... de son héros. 

Chaque illustration est encadrée comme si elle se déroulait dans le cadre suspendu au dessus de Marcel endormi. 

 

On peut lire l'album plusieurs fois pour découvrir l'histoire, pour chercher les bananes, pour retrouver les références ... 

A la première lecture, on n'a pas tout retrouvé, probablement qu'à la dixième non plus ;) 

 

Proposé par Virginie

Lire la suite 0 commentaires

Silver spoon

Hiromu Harakawa

Kurokawa

 

Lorsqu’il arrive au lycée agricole Ohezo, dans la région d’Hokkaido Yûgo Hachiken croit que sa vie sera facile et que devenir premier de sa classe sera une partie de plaisir ! Mais il n’avait pas du tout anticipé les nombreuses disciplines plus ou moins complexes qui viendraient grossir le programme. Mais à Ohezo, Hachiken va apprendre un mode de vie différent, ainsi que la réalité de la vie d'agriculteur-éleveur.

 

On suit avec beaucoup de plaisir ce citadin à la découverte de la vie rurale. Le ton humoristique, les situations cocasses, les différents personnages… rendent l’histoire très agréable à suivre. 

0 commentaires

Kkamakura Diary

Akimi Yoshida

Kana, 2013

Suite au divorce de leurs parents, les trois sœurs Koda vivent sous le même toit avec leur grand-mère à Kamakura. Un jour, elles apprennent le décès de leur père. Elles se rendent aux funérailles et découvrent qu’elles ont une demi-sœur, Suzu. Alors qu’elles sont sur le point de repartir, elle lui propose de venir vivre avec elles.

 

Une vie au quotidien avec ces petits et grands bonheurs.

Texte proposé par Sylvie

0 commentaires

Les sisters

William Maury, Christophe Cazenove

Bambou, 2008

Dans ce livre, il y a deux sœurs, Wendy la plus grande et Marine la plus petite. Marine est une petite fille qui aimerait beaucoup avoir une petite sœur mais malheureusement elle n'en a pas, donc elle essaye de prendre exemple sur sa sœur aîné Wendy. Elle lui vole son maquillage, elle essaye de forcer le cadenas de Wendy pour voir son journal intime, elle lui vole ces habits dès qu'elle a le dos tourné …

Ce qui m'a plu dans cette BD c'est leur langage qui est familier donc ça fait que l'histoire est plus réaliste. Et les personnages sont bien dessinés.

Je recommande cette BD pour les enfants (même pour les ados d’ailleurs) car leurs histoires sont très drôles .

 

Consultez le blog de Willam Maury et la page de Christophe Cazeneuve sur BDgest.

Lire la suite 0 commentaires

Your lie in april

Naoshi Arakawa

ki-oon

 

 

À 11 ans, Kôsei Arima est déjà un virtuose du piano. Formé avec la plus grande sévérité par sa mère, il écume inlassablement tous les concours nationaux, où il éblouit les juges par son talent. Mais le jour où sa mère meurt d’une longue maladie, il perd complètement la faculté de jouer de son instrument. Mais sa rencontre avec Kaori, une jeune fille bouillonnante, va bouleverser les certitudes de Kôsei et redonner un sens à sa vie !

 

Un manga simple et doux qui donne le sourire.

Texte proposé par Sylvie

0 commentaires

Radiant

Tony Valente

Ankama, 2013

Un peu partout dans le monde, des monstres nommés Némésis pleuvent du ciel et causent de nombreuses catastrophes. Ces créatures sont confrontées à une résistance inattendue venant des infectés, les fameux sorciers. Seth est l'un d'eux.. Entouré d'une faction de sorciers, il parcourt le monde à la recherche du Radiant, le berceau présumé des Némésis, sous l'œil terrible de l'Inquisition.

Une quête au rythme étourdissant mêlant humour et action. 

 

Texte proposé par Sylvie

0 commentaires

Barakamon

Satsuki Yoshino

ki-oon, 2012

Seishû Handa, calligraphe de talent, est exilé sur une petite île, au fin fond de la campagne nippone pour avoir assommé un conservateur de musée qui jugeait son travail sans saveur !

Attachants, irritants, farfelus et pleins de vie, les habitants du village vont chambouler son quotidien bien réglé.

 

Un manga qui respire la bonne humeur.

0 commentaires

Lièvre et Ours sous la neige

Emily Gravett

Kaléidoscope, 2015

Lièvre et Ours sortent un beau matin et ils voient...

La neige !

 

 

Ce matin, il neige. Passé le temps de la surprise et de la découverte, c'est une belle journée de jeux qui se profile pour Ours et Lièvre.

 

Dans cet album, on a un panel d'activité que l'on peut faire sous la neige. Les deux amis sont équipés d'une grande écharpe rayée. Les enfants s'arrêtent beaucoup sur ce détail. 

Mais ce qui est vraiment charmant, c'est la complémentarité entre ces deux personnages si différents. Ours fait une grosse boule de neige, Lièvre une petite et on a un bonhomme de neige.

On sent Ours un peu anxieux sous la neige tandis que Lièvre est beaucoup plus partant. Mais sur la dernière image, ils sont tous les deux ravis en faisant de la luge. Il y a dans les expressions d'Ours tout au long de l'album comme une seconde histoire qui n'est pas dite mais que tous les enfants comprennent.

Quelle réussite !

Lire la suite 0 commentaires

Joyeux Noël, Ours brun !

Karma Wilson, Jane Chapman

Milan, 2004

Ils sont tous pelotonnées,

la longue nuit peut commencer...

 

Noel

La veille de Noël, Ours brun, confortablement installé dans sa grotte, hiberne paisiblement. Mais ses amis viennent le réveiller. Cette année, ils vont passer Noël tous ensemble. C'est parti pour les préparatifs : le sapin, la cuisine, les bas de laine à accrocher... Ours brun tient bon et reste éveillé. Mais le soir venu...

 

Une histoire de Noël bien sympathique. Tout au long de l'album, le suspense tourne autour du sommeil de l'ours. Va-t-il succomber ? On s'y attend et on est surpris. 

Mais ce sont surtout les illustrations qui retiennent l'attention. Les animaux sont tout mignons et très duveté. Il y a un jeu de couleur entre l'extérieur au couleur froide et la caverne au couleur chaude qui parait tellement confortable et accueillante.

Une jolie évocation de Noël.

 

 

Lire la suite 0 commentaires

Rose à petits pois

Amélie Callot, Geneviève Godbout

Les éditions de la pastèque, 2016

Au milieu de toute cette vie, Adèle fait figure de soleil.

Elle est adorable, vive et pétillante.

 

Adèle tient un café. Elle est ravitaillée par le gentil et très poli épicier. Le café d'Adèle est un vrai lieu de rendez-vous pour tous, un lieu où l'on est toujours accueilli dans la bonne humeur. Adèle aime se promener, s'occuper de ses habitués. Il n'y a qu'une difficulté : elle déteste les jours de pluie. Pourtant, un mercredi...

 

Voilà un très bel album.  

L'auteur prend le temps d'installer ses deux personnages, de bien présenter leur cadre de vie, leur manière de vie et tout de suite, on les aime. Puis arrive la question de la pluie et aussitôt après, ces petits objets roses vifs pour lutter contre la pluie. Bien avant Adèle, on a compris d'où ils viennent et où on va. Mais c'est la manière pleine de douceur qui nous y amène qui est touchante.

Le texte est rythmé, vif avec souvent des surenchères :

" Ici on pleure, on rit, on crie, on s’esclaffe, on se défie et on s'aime.

Le café, c'est à la fois le cœur, les poumons et les tripes de la région."

Les exemples sont nombreux. Comme en plus, sur chaque page, il y a peu de texte, on a à la fois l'impression de progresser vite et de prendre son temps.

A cette belle histoires et ce texte soigné, s'ajoutent de très belles illustrations, dans les tons pastels qui apportent énormément à cette impression de douceur que l'on a tout le long de la lecture.

Par petites touches, on plonge dans l’univers tout en douceur d’Adèle. On suit la jolie histoire d’amour qui se met en place. C’est un vrai bol d’optimisme !

Lire la suite 0 commentaires

Théo chasseur de baignoire en Laponie

Pascal Prévot

Edition du Rouergue, 2016

C'est une vieille baignoire. Une solitaire en fonte émaillée. Une dure. Elle ne fait plus confiance à personne. Ca va être une belle chasse, pronostiqua Papa.

 

Le père de Théo est chasseur de baignoire. Lorsque les baignoires reviennent à l'état sauvage, il les capture. Il est justement appelé en Laponie, au château de Kreujilweck-Potam où une baignoire fait des siennes. L'aventure promet d'être exceptionnelle et Théo accompagne son père...

 

Un chasseur de baignoires redevenues sauvages ! C'est loufoque à souhait et tout ce qui suit est sur le même ton.

Entre la description de l'étrange famille qui vit au château de Kreujilweck-Potam, le château lui-même avec long couloirs et ses tourelles et l'environnement glacial autour, tout est là pour poser une atmosphère étrange propice  au suspense.

On a l'impression d'assister à une chasse au fantôme ou autre phénomène surnaturel. La famille un peu étrange où tout le monde est jaune et vit en reclus ajoute à cette impression.

Il y a plein d'humour dans ce roman. Avec Théo, on s'amuse du coté un peu vantard du père, de ses anecdotes décalées de chasseur, de tout ce qu'il note comme le distributeur de boissons fraîches dans une gare glacée. Qui plus est, Théo donne le plus naturellement du monde de très nombreux détails sur le métier de chasseur de baignoire. Enfin, le bêtisier de la fin en rajoute d'ailleurs encore un peu. C'est d'ailleurs très original.

 

Lire la suite 0 commentaires

L'oiseau sommeil

Isabelle Simler

Editions courtes et longues, 2016

Enfile la tenue le plus simple et la plus légère.

Les plus hardis iront tout nus,

les frileux garderont leurs chaussettes. 

 

Nous voilà parti sur les traces de l'oiseau du sommeil et pour le trouver, il faut parler bas et bien se préparer, prendre le bon matériel et c'est parti pour une aventure un peu étrange mais très apaisante.

 

Dès le début du livre, avec un avertissement qui conseille de chuchoter et de tourner les pages avec douceur, le ton est donné. En suivant ces consignes, on installe une ambiance calme. On s'amuse de cette chasse qui nécessite de se mettre en pyjama, un casque d'aviateur et un doudou. De page en page, on se laisse guider jusqu'à en oublier le titre. On suit les plumes, les œufs, les pattes et ce n'est qu'une fois bien installé dans les plumes qu'on se souvient qu'il était question d'un oiseau de soleil. Pourtant tout était là : les couleurs du crépuscule (magnifique comme toujours) les ombres un peu partout, le doudou, l'aspect duveteux des plumes qui évoquent des oreillers moelleux...

J'ai particulièrement aimé la page du matériel où on a une liste d'objet qui suggère une exploration mais la consigne "Et n'emporte que ce qui est VRAIMENT utile". Vraiment est écrit en jaune tout comme le casque d'aviateur et le doudou. On comprend que tout le reste est superflu.

On retrouve les illustrations d'Isabelle Simler avec un jeux autour du bleu et du jaune, les plumes un peu partout, le chat et ses yeux que rappellent les billes par terre dans la chambre.

Les dernières pages sans texte suggèrent un voyage sur le dos de ce fameux oiseaux. C'est vraiment très beau.

 

Le livre fera-t-il dormir les enfants ? Tout est là pour créer une ambiance calme mais je ne suis pas très sûre du résultat. En tous cas, c'est un très bel album.

 

Lire la suite 0 commentaires

Finalement, c'était moi la plus heureuse

Rose Lagercrantz, Eva Eriksson

L'école des loisirs, 2016

Dunne déglutit et elle sent dans tout son corps combien elle pourrait sombrer (ou basculer) dans le malheur pour toujours.

La fin de l'année arrive et finalement malgré le départ de sa meilleure amie et deux pestes qui l'ont malmené, Dunne ne s'en est pas si mal sortie. Elle a déjà prévu une belle robe pour son dernier jour d'école. Mais voilà que son père a un grave accident et qu'il est hospitalisé, inconscient.

 

On retrouve Dunne, petite fille attachante et positive. Dans ce troisième tome, on en apprend plus sur la disparition de sa mère.

Malgré tout son optimisme, la petite Dunne est touchée par l'accident de son père et se permet même un caprice qui se révèle finalement être une bonne idée.

Ce petit roman est incroyablement émouvant. Dunne est vraiment un personnage touchant.

Les illustrations comme dans les deux premiers tomes apportent beaucoup de tendresse au roman.

Proposé par Virginie

Lire la suite 0 commentaires

Un ours sur ma chaise !

Ross Collins

Hachette, 2016

 Assez ! C'est est trop,

il exagère !

Je vais faire une crise de nerfs !

Cet ours m'exaspère !

Y'en a marre !

C'est un vrai cauchemar !

Une petite souris trouve un ours blanc assis sur sa chaise. Comment cet ours est-il arrivé, pourquoi est-il là, ne se rend-il pas compte qu'il est beaucoup trop grand pour la petite chaise de la souris et surtout comment le faire partir ? Autant de questions que se pose la petite souris.

 

Il y a dans cet album, un jeu un peu classique mais intéressant sur la mise en page. La souris est toujours sur la page de gauche avec le texte tandis que l'ours prend toute la page de droite. Il n'y a pas de "décors" mais un fond qui change de couleur à chaque page. L'album joue aussi sur la typographie en mettant en gras les emportements de la souris.

Dès le début, il y a un effet de comique par l'opposition des deux personnages. La souris est petite, très grognon, elle s'agite beaucoup. L'ours est très grand, très souriant et complètement statique. Elle tente de lui faire peur, de l’appâter avec des fruits... Mais rien n'y fait. Plus l'histoire avance et plus la souris s'énerve.

J'ai particulièrement aimé la page où la souris parle de l'ours comme une espèce protégée mais dont elle veut quand même se débarrasser. C'est drôle et ça sonne vrai, il y a presque une dimension politique dans cette page.

D'une manière général, les expressions des deux animaux sont amusante. La souris en fait beaucoup pour montrer son énervement et l'ours est tout mignon avec un petit air bébête.

Le texte sonne bien. Certaines pages riment.

La chute est pleine d'humour avec un beau retournement et on ne l'attend pas.

 

Lire la suite 0 commentaires

Le mystère du jeteur de sorts

Sorcières sorcières

Lucile Thibaudier, Joris Chamblain

Bac@BD, 2013

 Madame ! Mirabelle !

Sa tête est une citrouille !!

Trois petites sorcières en persécutent une autre : Miette qui n'a pas encore ses pouvoirs. Heureusement Harmonie sa grande sœur veille. Quand les petites pestes se retrouvent sous le coup de sorts qui transforment leur tête en citrouille ou qui les obligent à léviter, Harmonie est tout naturellement soupçonnée.

 

La bande dessinée est pleine de charme. On plonge dans la magie de manière amusante : les petites filles jouent à chat et on se rend compte que les enfants se transforment en chat. Puis arrivent le balais pour se déplacer, le dragon comme animal familier... Et tout simplement, on accepte que cette magie fasse partie du quotidien.

Les illustrations sont jolies. Les petits personnages sont tout mignons et malicieux. Les couleurs sont tendres. 

L'histoire est simple mais aborde tout de même le harcèlement. Il y a de l'humour des clins d’œil...

J'ai bien aimé la petite originalité : une fois l'histoire finie, on revoit l'histoire avec un angle de vue différent. C'est d'abord la version d'Harmonie puis celle du balai un peu distrait qui fait le ménage. C'est plutôt original.

 

Lire la suite 0 commentaires

Fourmidable

Jo Hoestlandt

Thierry Magnier, 2016

 Le puceron protesta un peu, il n'avait pas prévu ça pour sa journée, il pensait flemmarder sur le laurier, y boire la rosée du matin, et prétendait avoir rendez-vous avec une puceronne, mais les deux fourmis le transportèrent dans la fourmilière, sans l'écouter. Au début, il bouda un peu, de sorte que 68 l'appela Bouda.

 

Une  fourmi 68 mène une vie bien rangée de fourmi, une vie de travail et de sérieux. Mais un jour, elle ramène dans la fourmilière un puceron grognon. Tous les deux sympathisent et leur conversations amènent petit à petit la fourmi à remettre sa vie en question.

 

Une petite fourmi découvre l’amitié, puis se rend compte que sa vie n’a pas d'intérêt et part vivre une vie pleine d’aventure.

Un roman court qui se lit très facilement avec une histoire toute jolie. Le texte sonne vraiment bien avec plein de petites touches d'humour. On retrouve dans le roman des petites répétitions de situation inversée comme pour montrer que peu à peu, la fourmi adopte la vision du puceron.

Un roman plein de charme.

 

Lire la suite 0 commentaires

Le mystère Dédale

Les enquêtes d'Hermès, tome 1

Richard Normandon

Gallimard, 2016

 En haut de l'Eryx, le temple de l'Aphrodite était un ravissement. Sur le fronton et les colonnes du péristyles, des incrustations de nacre brillaient au soleil et jetaient des lueurs roses sur les massifs de myrtes sauvages.

 

Alors qu'il se promène incognito, Hermes arrive dans un village et il découvre que Dédale, le célèbre architecte vient d'y être assassiné. Que faisait Dédale si loin de la Grèce ? Qui l'a tué ? Pourquoi ? Autant de questions auxquelles Hermès veut répondre et des enfers à la Crète en passant par Athènes et la Sicile, le dieux enquête.

Richard Normandon mêle histoire et mythologie dans une enquête policière.

On sent une grande connaissance mythologique, l'auteur s'amuse avec les dieux. Il les fait se rencontrer et en avant défiance, amitié... C'est vraiment une manière agréable de plonger dans la mythologie grecque (enfin, je pense qu'il vaut mieux avoir déjà quelques bases)

J'ai un peu regretté que Richard Normandon s'éloigne beaucoup de Minos décrit comme un tyran quasi fou alors qu'il est toujours représenté comme très sage. J'ai eu l'impression que la plupart de ses enfants avaient disparu, que d'autres avaient été inventés. J'ai aussi été un peu genée par des petits ajouts comme l'amour entre Dédale et Ariane qui, je crois, n'est pas présent dans la mythologie. Mais bien sûr, pour écrire son histoire, l'auteur est un peu obligé de s'éloigner un peu de l'Histoire.

Il y a trois parties dans le roman, la première installe les choses, c'est peut-être un peu lent. Les choses s’accélèrent par la suite et on se passionne sur la fin pour l'intrigue.

Avec de très nombreuses références à la mythologie et à l'histoire grecque, avec un vocabulaire riche et par forcement très accessible, le roman est plutôt à réserver pour de bon lecteurs, des enfants déjà bien engagé dans la lecture. Mais je pense qu'il plaira aux amateurs de mythologie et ils sont nombreux.

Lire la suite 0 commentaires

dogbiscuit

Tivola Publishing GmbH

 

Dogbiscuit est un petit chien tout mignon et on peut se balader avec lui dans le verger, sur la plage ou dans l'espace. Tout au long de sa promenade, on croise un petit crayon entouré d'étoile colorées. C'est à chaque fois, une invitation à dessiner.

On trouve un modèle qu'on peut suivre ou pas et quelques dessins de couleur. Au fur et à mesure que l'on progresse dans la promenade, on dessine la maison de Dogbiscuit, des arbres fruitier, un tracteur, des fleurs... et on a de plus en plus de crayons de couleur. Puis on retourne en mode promenade ou l'on découvre nos petits dessins dans le paysage.

Les crayons correspondent bien au rendu que l'on pourrait avoir avec des pastels gras. Pour un coloriage plus facile, il faudrait avoir la possibilité de faire des coloriages plus épais.

Une fois que notre petit chien est parti en promenade, on peut même lui changer son costume.

C'est vraiment une appli très très chouette.

Dogbiscuit sur itunes et android.

 

Proposé par 

Lire la suite 0 commentaires

Les deux grenouilles à grande bouche

Pierre Delye, Cécile Hudrisier

Didier, 2016

 Et qui chante mal ? Les grenouilles à grande bouche.

Et qui chante fort ? Les grenouilles à grande bouche.

Et qui chante tout le temps ? Les grenouilles à grande bouche !

 

Il y a très longtemps, il se mit à pleuvoir, à pleuvoir beaucoup. Une famille fabriqua un bateau et y accueillit un couple de chaque espèce. Sur le bateau, la vie n'était pas facile mais elle aurait pu être un peu plus paisible sans les deux grenouilles à grande bouche qui chantaient par tous les temps et faisaient de mauvaises blagues.

 

Dès le préambule, le ton est donné : celui de l'humour. Et cela ne se dément à aucun moment dans l'album.

Le texte sonne bien, avec des surenchères et des jeux de mots partout.

Il y a plein de références à l'histoire de la grenouille à grande bouche, à l'arche de Noé, aux comptines pour enfants. A chaque page, les grenouilles chantent une nouvelle chanson autour de la mer. C'est vraiment drôle.

Les illustrations entre collage et dessins sont d'une part jolies et d'autre part tout aussi drôles que le texte. Elle se réinventent à chaque page,  ici c'est un tableau pour cocher les animaux, là, les animaux qui le peuvent regagnent l'eau, un cochon pêche au pélican, les grenouilles chante sous la pluie avec un parapluie...

La chute est tout aussi réussi que le reste de l'album.

Un conte des origines sur une mésentente née dans un album, il fallait y penser !

Lire la suite 0 commentaires

Stone Rider

David Hofmeyr

Gallimard Jeunesse, 2015

 Silence.

– Pourquoi ? Pourquoi vous faites ça?

Mais il connaît la réponse alors même qu’il pose la question. Parce qu’ils le peuvent. Parce que la vie est cruelle. Parce qu’à une époque, un de leurs frères a sans doute été tué et que c’est leur vengeance, infligée à des Pilotes sans défense. 

 

Dans le futur, les hommes restés sur Terre survivent à peine, travaillant à la mine, mourant jeunes. Une partie des hommes sont partis vivre sur une base. On dit qu'ils y vivent bien et en bonne santé. Une seule chance de rejoindre cette base : gagner la course de Blackwater. La participation à la course permet au moins d'échapper à course. Mais la course est dangereuse, les blessures, décès sont nombreux.

Adam Stone a justement une vie très difficile. Il hésite à participer à la course, s'il gagnait, il devrait abandonner son frère qui est handicapé depuis qu'il a a lui même fait la course mais s'il ne participe pas, il devra aller travailler à la mine...

 

Une course très dangereuse, pour amuser un petit groupe de privilégiés, on pense bien sûr à Hunger Games et d'une certaine manière dans les alliances, le fait qu'il ne peut y avoir qu'un seul gagnant... il y a des ressemblances.

Mais le roman a plein de spécificité et on oublie vite la comparaison.

Il y a d'abord le personnage d'Adam qui est vraiment intéressant. Dans un monde difficile, violent, Adam est plein d'empathie. Il s’intéresse aux autres, il leur vient en aide. Pour gagner la course, il le sait, il faudrait se montrer égoïste, ne pas s'attacher aux autres, se méfier de tous mais Adam en est incapable.

Il y a aussi plein de suspense et de surprise. A plusieurs reprises, j'ai été très étonnée du revirement de situation. Je ne m'attendais en particulier pas du tout aux diverses révélations sur Kane, personnage mystérieux, que rencontre Adam.

Il y a une grande particularité : les békanes, des engins que l'on se passe de père en fils et qui gardent en mémoire la trace des pilotes précédents. Les courses en sont enrichis.

Il y a surtout, une atmosphère particulière. A la fois dans la description de ce monde violent, dans lequel on rentre vite. Mais aussi dans le style de l'auteur dont on perçoit le rythme même à travers la traduction.

Le roman a une vraie fin avec une petite ouverture mais j'aurais voulu qu'il continue encore. C'est peut-être le seul petit reproche que je pouvais faire au roman. Mais j'ai lu que ce serait une trilogie. Vivement la suite !

Lire la suite 0 commentaires

Gloups

Kaléidoscope, 2008

Christine Naumann-Villemin, Marianne Barcilon

Le jour où Gloups entra à l'école, sa maman lui fit quelques recommandations : « Mon chéri, à partir d'aujourd'hui, tu seras un gentil Gloupson. Tu es grand maintenant et tu dois comprendre qu'on ne fait pas toujours ce qu'on veut dans la vie ! Je veux qu'on me dise que mon fils est un gentil chéri… C'est promis ? »

« Gloups ! Gloups ! »

 

Gloups est un gentil petit monstre plein de bonnes intentions mais qui adore croquer tout ce qui passe autour de lui. Pour sa première journée d'école maternelle avec des enfants ordinaires dans une école ordinaire, il est bien décidé à faire très attention. Pourtant, les tentations sont nombreuses...

 

L'album est sympathique. Les illustrations sont jolies et amusantes. 

Il s'agit moins d'un album sur la rentrée scolaire que d'un album sur un petit monstre qui fait tout pour être sage mais n'y arrive pas. Certains enfants se reconnaîtront et tous s'amuseront parce que Gloups a une bonne tête et que les situations sont amusantes. Je me suis amusé du vocabulaire utilisé : raplaplater, boulotter...

Les tentations s’enchaînent, Gloups résiste jusqu'à... C'est drôle.

Lire la suite 0 commentaires

Couette

Séverine Gauthier, MiniKim

Dargaud, 2012

 C'est comme ça qu'est née Couette. Elle est née d'aujourd'hui, dans une goutte d'eau de la dernière pluie.

jour de pluie, dans une ville grise, arrive Couette. Elle élit domicile dans une caravane grise qui tout de suite devient pimpante et colorée.

Petit à petit, Couette répand sa bonne humeur et des couleurs dans  la ville et les gens qui la rencontrent prennent les même couleurs.

 

C'est tellement joli ! Petit à petit, on voit la ville se colorer. Les petites histoires s'enchainent avec à chaque fois beaucoup d'humour et de malice. Il y a très peu de texte. Certaines histoires se répandent.

Cette petite bande dessinée respire la bonne humeur. Au point que je me suis demandé si je n'étais pas en train de me colorer en la lisant.

Il y a vraiment de belles idées comme lorsque Couette se rend compte qu'elle laisse des traces colorées et se lance dans une drôle de dance pour dessiner un soleil souriant dans la ville terne.

J'aime beaucoup l'idée, l'histoire, les illustrations (vraiment très jolies)

La lecture de cet album est un véritablement enchantement.

Lire la suite 0 commentaires

L'arbre d'Albert

auteur

Kaléidoscope, 2016

Son arbre est parfait.

Ni trop dur, ni trop tendre,

ni trop glissant, ni trop râpeux.

C'est son endroit favori,

doux et paisible. 

A la fin de l'hiver, l'ours Albert retrouve son arbre favori. Il s'y installe pour une petite sieste mais il se rend compte que l'arbre pleure. Que faire pour le consoler ?

Déjà, Albert tout en rondeur, un peu pataud et très expressif me plait beaucoup. Dès le début, j'étais sous le charme.

Mais en plus, je me suis franchement amusée de solutions décalées des amis d'Albert pour que l'arbre arrête de pleurer. La solution d'Albert, elle est toute tendre.

Mais on rebondit tout de suite sur le quiproquo autour du gros monstre poilu. J'ai déjà lu l'histoire plusieurs fois et les enfants rient à chaque fois de voir l'ours chercher ce fameux monstre.

On alterne entre humour et tendresse. A lire à haute voix, l'album est rythmé. Il y a plein de clin d’œil comme les amis d'Albert qui prennent la parole ou des animaux qui passent dans la forêt sans rien ajouter à l'histoire, juste comme ça et surtout la chute finale qui semble recommencer l'histoire.

L'album est drôle avec de belles illustrations et comme en plus l'ours est craquant... il rencontre un grand succès auprès des enfants.

Lire la suite 1 commentaires

Au secours, sortez-moi de là

Vincent Bourgeau, Cédric Ramadier

L'école des loisirs, 2016

Je me promenais tranquillement quand j’ai vu un grand trou…Je me suis penchée pour regarder dedans :Au fond, il y avait un enfant !

Alors j’ai sauté !

Un loup qui a sauté dans un trou pour manger un enfant s’est retrouvé coincé. Il demande de l’aide.

 

Un album avec une discussion entre le lecteur et le personnage du livre qui fonctionne particulièrement bien.

Sous des allures simples, l'album est travaillé avec par exemple des différences de typo et de couleur pour marquer la différence entre les répliques du lecteurs et celles du loup.

Pour faire progresser l'histoire, on secoue le livre… ça va beaucoup plaire aux enfants. Tant pis pour le loup qui va se faire secouer dans tous les sens.

Lire la suite 0 commentaires

Splatch !

Cendrine Borzycki

L'école des loisirs, 2015

 Plouuuf !

La girafe

 L'éléphant, la girafe, la vache, le lion... tous plongent dans une eau profonde et turquoise.

Mais voilà qu'arrive une sorte de dragon qui vient perturber les choses...

 

A chaque page, un nouvel animal plonge et la seule chose qui change, c'est le bruit qu'il fait. Un plouuuf en longueur pour la girafe, un ploufff pour le lion... Les animaux rejoignent ceux qui ont sauté avant eux et qui semblent profiter de la baignade.

On se demande bien où l'auteur veut en venir en faisant plonger tous ces animaux et on n'attend pas cette chute pleine d'humour.

Un temps de lecture agréable avec un livre zen et drôle.

Lire la suite 0 commentaires

Tous les coups sont permis

Les jumeaux Tapper, tome 1

Geoff Rodkey

Nathan, 2016

 Nous sommes, malheureusement, jumeaux. J'ai douze ans. Reese en a six. Oui, je sais, vous vous demandez : "Vraiment ? C'est possible ?".

A la manière d'une journaliste, Claudia, 12 ans, raconte la guerre qu'elle a menée contre son frère jumeau. Parce que son frère a affirmé devant l'école qu'elle était l'auteur du pet dans la cantine, elle a caché dans son cartable un poisson. Tout cela a entraîné une surenchère de ripostes.

Après les événements, Claudia veut prouver qu'elle était bien la victime et surtout qu'elle a gagné mais son frère l’interrompt pour rétablir...

 

Ce roman est une belle surprise ! Il est  très drôle, bien mené.

Claudia donne la parole aux différents protagonistes, discute avec eux, commente dans la marge leur propose. Elle incorpore des captures d'écran des réseaux sociaux, des échanges de texto des parents (qui m'ont vraiment fait rire) des images... Ça donne un rythme au roman, on ne s'ennuie pas une minute.

Il y a toute une galerie de personnages bien décrit de la baby-sitter un peu nunuche à Xander, adolescent bête et méchant en passant par les parents dépassés qui apporte beaucoup au roman. Une mention particulière pour Akash lycéen qui a créé une planète et qui se prend pour dieu tout en gardant beaucoup de recul et d'humour.

Le début de la dispute est tellement futile mais on comprend tout de même que Claudia se soit sentie offensée. On comprend vite l'incompréhension entre le frère et la sœur. Reese ne comprend absolument pas quel est le problème avec ses petites plaisanteries tandis que Claudia met en place des vengeances fines qui tombent à l'eau parce que Reese s'amuse de tout. On met plus de temps et surtout les jumeaux mettent plus de temps à se rendre compte du lien qui les unit. Le dernier chapitre, après la guerre, quand les jumeaux arrivent de nouveaux à communiquer est vraiment plein de tendresse.

Le roman est bien plus subtil que la couverture et son apparence d'une manière générale ne le laisse présager. Entre deux mauvaises blagues, le roman aborde la représentation des adolescents entre eux, la place d'Internet et des réseaux sociaux, les jeux en ligne...

 

 

Lire la suite 0 commentaires

Tous aux abris !

Shaker monster, tome 1

Mr Tan, Mathilde Doneck

Gallimard, 2016

 

Justin et Gwen se détestent gentiment à coup de mauvaises blagues, de bons mots et de bagarre. Lorsque leur grand-père vient leur rendre visite, Justin trouve dans les affaires de son grand-père, une drôle de boite cylindrique qu'il s'accapare. Mais dès le lendemain, il s'avère que la boite était un shaker à monstre et que Justin l'a réactivé libérant ainsi un drôle de monstre qui laisse de la morve partout dans la maison.

 

L'histoire, un peu scatologique, est amusante. Les échanges entre les deux enfants m'ont fait rire. Gwen en particulier a un solide sens de la répartie, ça donne beaucoup de rythme aux dialogues.

La relation entre Gwen et Justin est bien vue : ils ne s'entendent pas, ils enchaînent les disputes. Gwen est impatiente, son frère la taquine... Mais lorsqu'ils sont en difficulté, ils s'entraident.

J'aime bien les illustrations, et en particulier les couleurs. Les monstres sont tout mignons

C'est une lecture agréable et ça annonce de futures aventures qui promettent.

 

Lire la suite 0 commentaires

Cette nuit-là au musée

Isabelle Simler

Editions courtes et longues, 2016

 Comme chaque soir, le musée s'endort entre le Rhône et la Saône.Les derniers visiteurs partent. Tout est en ordre. Les gardiens ferment les portes.A l'étage des fossiles et des coquillages, rien ne bouge...Sous la lumière qui disparaît, la carapace des coléoptères brille encore.Chez les papillons, les ailes multicolores se frôlent et... le citron de Provence s'échappent.

 

Dans la nuit, une fois les visiteurs partis, tout est calme et silencieux au musée de confluence. Mais un papillon prend son envol, il passe de salle en salle et soudain tous s'éveillent. C'est un nuit de fête qui commence.

 

Le texte est très poétique. Peu à peu, toutes les espèces d'animaux mais aussi les squelettes d'animaux préhistoriques, les pierres... se mêlent pour une grande fête. On sent bien qu'il s'agit d'un moment qui échappe à tout, un moment de fête, un moment de magie

 Mais surtout les illustrations sont magnifiques. On retrouve la manière si particulière de dessiner en multipliant les traits fins et colorés d'Isabelle Simler.

Dans cet album, il y a tout un jeux entre le bleu nuit et le jaune citron du papillon qui semble éclairer toutes les pages.

J'ai pensé bien sûr à l'heure Bleue mais c'est encore un peu différent. La nuit est finalement peu présente, on s'attarde surtout sur les animaux très lumineux.

Au petit matin, les animaux vont admirer le lever du soleil. Le lecteur en profite aussi !

La fin est très jolie aussi, tout le monde reprend sa place à une exception prêt.

 

A chaque album d'Isabelle Simler, c'est un émerveillement. 

 

Lire la suite 1 commentaires

Polaroïd

Séverine Vidal, Julien Castanié

Frimousse, 2013

Je peux me définir en dix mots, par ordre alphabétique.

Je commence : Adoptée, amoureuse, chiante, gentille, gourmande, peureuse, rigolote, sauvage, zen (la plupart du temps).

Bon recomptez. ça fait neuf.

 

Vous devrez faire avec.

Je me connais bien. Mais en neuf mots.

 

Anna, Clothilde, Manel et « Mollusque ». Quatre amis entre adolescence et âge adulte. La bande vit tranquillement au rythme des envies des uns et des autres, à l’occasion évoquées dans leur bar préféré. Mais voilà qu’Anna reçoit d’une personne inconnue des photos prises d’elle en gros plan.

 

Roman graphique laissant une part majeure au texte, Polaroïd bénéficie de la plume habile de Séverine Vidal.

L’auteure construit un récit choral d’où émerge une jolie histoire, à la douceur intelligemment dosée. Un joli récit à plusieurs voix, bien servi par les dessins colorés de Julien Castanié.

Lire la suite 1 commentaires

Betty voit rouge

Steve Antony

Milan, 2015

Betty voit rouge

Elle pleure OUINNNNN !

Et elle sanglote, SNIFF ! SNIFF !

Et elle se roule par terre, BANG ! BANG !

Et elle hurle, AAAAAAAH

 

 

Betty trouve une banane mais elle n'arrive pas à l'ouvrir alors elle pique une énorme colère : elle pleure, elle se jette par terre, elle hurle...

Le livre est arrivé en même temps que tous les pipis que je n'avais vraiment pas aimé alors je ne l'avais pas regardé. Mais je viens de le lire et l'album m'a fait rire.

Le principe est simple, une petite chose perturbe Betty alors elle se met en colère sur une page toute rouge. Puis elle se calme tout seule sur une page jaune et monsieur Toucan règle le problème. Mais pour la pauvre Betty, les motifs de colère se multiplient : la banane est difficile à ouvrir puis elle tombe par terre...

La répétition des colères de Betty toujours sur le même modèle est vraiment drôle. Cette colère répétitive m'a fait rire, le désespoir de Betty pour des choses finalement anecdotiques et l'air étonné du toucan qui assiste à la scène, tout est amusant.

Lire la suite 0 commentaires

Huit saisons et des poussières

Séverine Vidal, Anne Montel

Les P'tits bérets (À grands pas) 2014

Amos s'approche de son père, s'assoit par terre à ses pieds. Il ne dit rien, il attend. Ca dure des tas de secondes, et puis ça dure des heures très longues. Pas un mot. Juste le souffle du père, près de lui. Un miracle.

Séverine Vidal

Après deux ans, un mois et seize jours d’absence, Huit saisons et des poussières, Simon, le père d’Amos et de Sarah rentre chez lui.

Ce retour empreint de douleur, de mystère et de joie retenue… enferme le père dans le monde du silence et de la solitude. Seuls, quelques sourires ponctuent le temps qui passe.

Mais un jour, la souffrance d’Amos est trop forte. Il s’enfuit et se réfugie en haut de son arbre. Son père le retrouve, grimpe sur l’arbre et lui ouvre son cœur, enfin… Epuisés par ces retrouvailles bavardes pleines d’amour et de rires, le fils et le père s’endorment tendrement. La vie reprend…

Un beau roman sur la Seconde Guerre mondiale, une belle leçon d’humanité.

Lire la suite 0 commentaires

Une girafe un peu toquée

Séverine Vidal

Motus, 2013

 

 

Comme une bobine déroule son fil, une petite fille dévoile ses jeux : elle saute de dalles blanches en dalles blanches, marche en équilibre le long du trottoir, compte sur ses doigts les petits pois qu’elle mange, etc, etc… pour que des choses arrivent ou pas. Sinon…

Elle s’enferme dans ses manies une fois, deux fois puis à l’infini. Sa maman lui demande : pourquoi fais-tu ça et la petit fille de lui répondre : je n’en sais rien, moi. Ca vient, ça m’enferme, ça m’étouffe.

Doucement, le jeu laisse place aux mots, libère la parole salvatrice.

Un roman poétique en noir et blanc qui aborde avec finesse et délicatesse les tocs.

 

Consulter le site de Séverine Vidal

Lire la suite 0 commentaires

La meilleure nuit de tous les temps

Séverine Vidal

Rouergue, Dacodac, 2012

Comme un fil aimanté, Raphaël est attiré par Colombe, « l’amour de sa vie » comme il le dit si tendrement. Du haut de ses 11 ans, il exprime sans détour son bonheur, ses sentiments naissants, sa joie d’être avec elle. Colombe lui donne des ailes mais aussi le courage  d’organiser une escapade nocturne afin de vivre La meilleure nuit de tous les temps. Une nuit qui renforcera leur amour naissant.

Un roman qui aborde avec simplicité et justesse les amours adolescentes. Une lecture facile et agréable.

Consulter le blog de Séverine Vidal

Lire la suite 0 commentaires

Prix des p'tits loups

 Tous les ans depuis 2009, les Essonniens de 7 à 10 ans sont invités à voter pour leur album préféré parmi une sélection de la bibliothèque départementale.

 

Une bonne occasion de leur donner le goût de lire et d'éveiller leur sens critique !

Cette année, c'est l'album, c'est Chic qui a remporté le prix des p'tits loups.

 

A Viry-Chatillon, les choses étaient serrées mais "C'est chic" fait parti des album qui ont  rencontré un grand succès.

 

C'est chic

Marie Dorléans

Lire la suite 0 commentaires

Quelqu'un qu'on aime

Séverine Vidal

Sarbacane (Exprim’) 2015

 Dans la tête de Luke, les rêves sont grands. Couper à la hache les lianes qui gagnent du terrain chaque jour, remonter le lit d'une rivière.

Reconstruire la ville sauvage.

Un roman qui embarque le lecteur sur les traces du passé d’Old Gary, un vieil homme dont les souvenirs s’évaporent peu à peu.

Atteint de la maladie d’Alzheimer, il confond régulièrement ses petits-fils, oublie le décès de sa fille, se perd dans les lieux familiers… mais n’oublie pas son idole, Pat Boone.

Alors, afin de préserver ce lien avec le passé, Matt, son petit-fils organise un voyage de deux mois sur les traces de ce crooner américain des années 60.

Mais rien ne se passe comme prévu…. Une tempête le jour du départ, des rencontres imprévues… font de cette aventure à deux un road-trip familial pas comme les autres.

Un roman magnifique sur la famille, la maladie…. Une aventure humaine que l’on partage avec beaucoup d’émotions.

Lire la suite 1 commentaires

Ça dépend

Janik Coat, Bernard Duisit

Hélium, 2013

Et toi, Rita ?

Ça dépend s’il y a du vent.

Vêtement littérature jeunesse

En fonction du temps, de ce qu’ils font… les petits animaux de Janik Coat modifient leur tenue et on peut les aider en jouant avec les rabats et les tirettes.

Un joli pop-up coloré pour les petits qui découvriront beaucoup de surprises ! A chaque page, un nouvel animal propose deux manières de s’habiller. La force de l’album est que le système de découverte de la nouvelle tenue est tout le temps renouvelé : on soulève la page, on manipule des tirettes, on ouvre des volets… en haut, en bas, sur les cotés…

Les enfants sont scotchés. Brusquement, on a toute leur attention, succès garanti.

Robe rouge
Lire la suite 0 commentaires

Une vie d’escargot

Anne Cortey, Janik Coat

editeur, année

La toundra, c'est grand, très grand et un peu vide aussi. 

Andreï n'a pas de voisin. Il est toujours seul.

escargot littérature jeunesse

Andreï, l’escargot mène une vie solitaire et un peu triste dans la toundra. Un hiver, il rêve à un ailleurs plus colorés et chaleureux… 

Une histoire un peu mélancolique pour un escargot qui va au bout de ses rêves. Le texte est ciselé et tout sonne bien. On a presque envie de le chuchoter. 

 Les illustrations sont magnifiques jouant tantôt sur le blanc, tantôt sur la couleur. 

Andreï qui n'a pourtant que deux tout petits yeux et une bouche est extrêmement expressif. Pourtant, on se sent bien avec lui lorsqu'il se prélasse au chaud dans sa maison, un peu triste pour lui lorsqu'il regarde son miroir dans une flaque...  

L’album finit sur une jolie note pleine d’espoir avec tout de même une petite touche de ce spleen qui traverse l’album.

Escargot
Lire la suite 1 commentaires

Le pitou

Michaël Escoffier, Clément Lefèvre

Frimousse, 2009

Dis madame, 

tu sais pas où il est mon pitou ?

Zé perdu mon pitou

Sur la banquise, un petit pingouin cherche son Pitou. Il questionne une baleine de passage puis un grand ours blanc. Ce dernier ne se soucie pas de comprendre sa demande, il cherche à l’impressionner, répond à coté et finit, par provocation, par l’envoyer voir le Père Noël. Mais il aurait peut-être dû mieux se renseigner sur ce qu’est le Pitou…

 

Dans cette histoire pleine de malice, on se moque des adultes qui répondent un peu vite aux enfants sans vraiment les écouter.

Un album magnifique où la banquise blanche et bleue rivalise avec des animaux aux tons ocre qui change un peu de l'image traditionnelle du Pole Nord. L'illustration est pleine de détails, on voit les poils des animaux, leurs taches, leurs expressions...

Lire la suite 0 commentaires

J'aime mes cauchemars

Séverine Vidal, Amélie Graux

Gallimard (Giboulées) 2014

J'ai rêvé qu'une famille de monstres vivait cachée sous mon lit. Des bestioles moitié chauve-souris, moitié dragons.

Une petite fille fait plein de rêves. Des rêves avec des monstres, des situations difficiles, des rêves qui font peur. Alors sa maman a l'idée de transformer l'heure du coucher en un moment de rire, de conte de fées, d'objets roses et jolis... Mais la petite fille n'est pas du tout d'accord. Ses cauchemars la dérangent sans doute moins que la licorne ou la veilleuse qu'on lui propose.

 

Un album un peu différent sur les peurs nocturnes. Il ne s'agit pas du tout de rassurer mais plutôt de remettre le problème à sa place et surtout d'en rire.

Il y a plein de petites choses à observer dans les illustrations : les dessins de la petite fille qui apparaissent dans ses rêves, les monstres à qui il arrive plein de choses horribles mais amusantes...

Un album qui n'est pas forcement à lire aux enfants qui font des cauchemars, juste à lire aux enfants !

Lire la suite 0 commentaires

Le noir

Lemony Snicket (Daniel Handler) Jon Klassen

editeur, année

 Lazlo pensait que, s'il rendait visite au noir dans sa tanière, alors le noir ne lui rendrait peut-être pas visite dans sa chambre.

Mais une nuit..

Lazlo a peur du noir. Il habite une grande maison et dans cette maison, le noir habite aussi et se cache partout. Tout les matins, Lazlo va voir le noir dans la cave. Mais un jour, dans sa chambre, la veilleuse s'éteint...

Je n'ai pas tellement aimé les romans de Lemony Snicket alors je n'étais pas sûre d'aimer le texte de ce livre. Mais j'ai été très heureusement surprise. Le texte sonne bien, il est rythmé. Il y a du suspense...

Les illustrations sont tout aussi réussies, on retrouve bien le trait de John Klassen. Il y a un jeu entre la lumière et le noir. Sur chaque page, le noir est présent.

La personnification du noir est assez intéressante. Il est présenté comme habitant la maison, s'y cachant, l'enfant essaie de lui parler... La peur du noir n'est pas minimisée : le noir existe, il est normal d'en avoir peur mais l'enfant durant l'album arrive à apprivoiser sa peur.

L'histoire joue sur l'équivoque : s'agit-il d'un rêve ? L'aventure de la nuit a-t-elle eu lieu ? Après tout le tiroir de la commode est ouvert...

Lire la suite 0 commentaires

Wild Girl

Audren

Albin Michel, 2015

En ce début de printemps 1867, Milly venait de fêter ses 19 ans ; elle rêvait d'un monde meilleur et d'aventures.

wild girl audren

Milly, jeune fille de 19 ans arrive  dans la petite ville de Tolstoy dans le Montana pour y devenir institutrice. Elle a grandit dans l'est, dans une famille cultivé. C'est un grand changement pour elle mais elle a soif d'aventure et de liberté.

Milly découvre la vie à l'ouest, au moment de la ruée vers l'ouest. Elle se fait des amis, mais est aussi ébranlée par la violence qui règne dans la ville et par une société de commerçants assez proche de ce qu'elle a connu dans l'ouest.

 

 

On se retrouve dans le Far West américain en 1867. On s'y croirait !Le roman était très documenté. Milly réfléchit à tout ce qui l'entoure : la manière dont la justice est menée, la place des indiens et comment le gouvernement les traite, comment faire vivre ensemble des gens de culture différente. Bien sûr, sa vision sur cette fin du XIX est plus celle d'une jeune femme du XXI siècle mais ça ne m'a pas dérangée.

 

Quelques petites réserves : 

Le coté manichéens des personnage tant principaux que secondaires. Milly est une jeune fille intelligente, gentille, elle a raison et elle fait les bons choix, toujours. Belvadara Johanson l'épicière qui l'accueille est vénale, méchante, prétentieuse, mesquine... Il y a vraiment des gentils et des méchants sans nuance.

L'histoire manque de fluidité. Le changement de chapitre est souvent l'occasion d'une rupture. Les portraits de personnages se succèdent mais on n'a pas le temps de s’intéresser à eux, d'autres personnages secondaires arrivent à toute vitesse. 

Le roman se finit de manière abrupte. Il manque un chapitre pour bien finir l'histoire, peut-être un épilogue.

 

Mais malgré ces petites choses, j'ai beaucoup aimé ce roman que j'ai lu d'une traite. Il y flotte  comme un petit parfum de la petite maison dans la prairie. Impossible de ne pas voir dans Belvadara Johanson, une reprise de madame Oleson.

 

On prend plaisir à découvrir cet ouest américain à travers les yeux de Milly.

Lire la suite 0 commentaires

La galette à l'escampette

Geoffroy de Pennart

Kaléidoscope, 2012

Je suis la galette, la galette à l'escampette. Je roule, je cabriole, je m'amuse comme une folle ! Allez, poursuis-moi fillette, je file comme une comète...

Monsieur Lapin fait une galette pour l'anniversaire de grand-mère. Il décide d'y ajouter un petit quelque chose qu'on vient de lui offrir : la poudre d'escampette. Sans doute une épice !

Mais à peine cuite, la galette se sauve en chantant...

 

 

 

On retrouve les petits personnages de Geoffroy de Pennart : Monsieur lapin, Igor, le chapeau rond rouge... dans une version très détournée de Roule Galette.

La poudre d'escampette, ce n'était sans doute pas une bonne idée. A peine cuite, la galette s'en va gaiement dans la forêt en chantant. A chaque page, un nouvel animal se lance dans la course poursuite tandis que la galette nargue tout le monde. A chaque fois, elle reprend les deux même vers puis adapte sa comptine à ses nouveaux poursuivants. C'est chantant, amusant à lire aux enfants et ça fait beaucoup rire les enfants.

Conte détourné, randonnée, l'album mélange les genres.

La petite virée de la galette finit mal pour elle et mieux pour ses poursuivants. Je pense que pour qu'ils profitent bien de l'histoire, les enfants doivent d'abord connaitre le loup est revenu et le chapeau rond rouge.

 

Lire la suite 0 commentaires

Stomp the yard

Sylvain White

 Gaumont Columbia Tristar Films, 2007

Steppin est un film américain réalisé en 2007 par Sylvain White. Ce film dure environ 1h55 min. Megan Good, Colombus Short, Darrin Henson et Chris Brown sont les auuteurs principaux de ce film. Il a été produit par Will Packer. Le scénariste s’appelle Robert Adetuvi.

L’histoire commence quand un jeune garçon a problème de Los Angeles nomme DJ déménage a Atlanta pour aller à la Truth University après 1 ans de prison pour avoir été accusé d’avoir tué son frère. Il découvre alors le « steppin » un type de danse traditionnelle adoptée par les fraternités estudiantines afro-américain, ou différentes équipes s’affrontent en exécutant des mouvements complexes et en créant des sont rythmés en utilisant que leur corps. Le talent inné de Dj et ses mouvements inspirés du hip-hop le place au centre d’une rivalité qui règne entre deux fraternités, la gagnante étant déterminée devant une salle comble pour les championnats annuels de steppin. Mais avant de pouvoir aider ses coéquipiers, il doit faire face à ses propres démons et apprendre le véritable  sens du mot « fraternité ». Il s’agit ici d’un drame fascinant sur la quête de l’individualité et la puissance de la fraternité.

Steppin'
Lire la suite 0 commentaires

La grande rivière

Anne Rossi

Magnard Jeunesse, 2015

Elle découvrait avec surprise qu'elle ne regrettait rien. Ni sa tribu, ni les montagnes, ni même sa famille. Le bonheur de partir à l'aventure l'emportait sur tout le reste.

Grenouille a les mains palmées. Son grand-père l’a toujours protégée mais il vient de mourir et dans sa tribu, son handicap est mal vu. Elle décide de remonter la rivière persuadée de trouver au bout un pays merveilleux.
En chemin, elle croise Arbas, un enfant estropié d’un bras et chassé par sa tribu. Ils voyagent ensemble, compare les coutumes de leur tribus…

Un très beau roman initiatique autour du handicap et de la différence.
Je pense que l'histoire se passe dans un monde imaginaire mais on pourrait le rapprocher de tribu préhistoriques. J'ai même pendant un moment pensé qu'il s'agissait de tribus vivant en Amazonie. Peu importante.
Les deux personnages sont très attachants. J'ai aimé leur rencontre et la confrontation de leur deux cultures.
Grenouille est très dynamique, pleine de rêves, d’énergie. Arbas est plus réservé, craintif. Leur différence devient ajoutée l'une à l'autre une force. C'est un peu facile mais c'est joli aussi.
Les enfants découvrent de nouvelles tribus, de nouvelles coutumes... s’ouvrent peu à peu aux autres et découvrent même que ce qui est considéré comme un handicap chez eux devient une force ailleurs.

Lire la suite 0 commentaires

Un kangourou pour Noël

James Flora

Helium, 2011

 Catherine a pris sa brosse à cheveux et a brossé le poil lustré d’Adélaïde, depuis la pointe de ses oreilles jusqu'à l'extrémité de sa queue sautillante.

"Adélaïde et moi, on va aller chez grand-mère, a annoncé Catherine, et elle a noué une écharpe autour du cou du kangourou. "Il fait très froid dehors pour les kangourous", a-t-elle ajouté en grimpant sur son dos.

Adélaïde a souri, remué sa queue et franchi d'un bond le seuil de la maison.

Kangourou

La veille de Noël, un gros camion livre un cadeau pour Catherine de la part de son oncle Dingo. C'est un Kangourou. Un beau kangourou qui plait tout de suite à Catherine qui a tout de suite la bonne idée d'aller montrer son nouvel ami à sa grand-mère. Mais rapidement le kangourou s'affole des bruits de la ville qu'il ne connait pas et  le trajet aller comme retour ne sera pas de tout repos...

 

Voilà un album de Noël drôle et différent. Catherine perché sur son kangourou traverse la ville complètement impuissante à calmer le pauvre animal qui déclenche des catastrophe en série.

C'est loufoque, très très exagéré, complètement improbable mais c'est justement ça qui fait rire. CA et la quiétude de la maison Catherine avant et après la traversée de la ville : alors que dans la ville, c'est la panique, dans la maison, il n'est question que de préparation de Noël, et le salon est impeccable. Le kangourou épuisé peut même s'y reposer.

On est dans l'atmosphère de Noël avec ses décorations, ses chansons, la neige, les cadeaux au pied du sapin, la cheminée... mais les codes sont un peu malmenés. Par exemple les couleurs (une page en noir et blanc, l'autre en couleur avec un jeu sur le rose, bleu turquoise et jaune) ne rappellent pas du tout les albums plus traditionnelles de Noël.

Les illustrations, d'ailleurs, rajoutent à l'effet comique : tout le monde est affolé, les voitures s'empilent, les objets volent, le soleil lui-même semble ne pas en revenir et avouons-le le lecteur n'en revient pas non plus !

 

 

noel littérature jeunesse
Lire la suite 0 commentaires

La guerre des mondes


Steven Spielberg

Tiré du livre d’Herbert George Wells thriller de science-fiction.

film anticipation

Un week-end, Ray Ferrier, docker dans la banlieue de New York, père pas vraiment à la hauteur, a la garde de ses enfants Rachel et Robbie, 11 et 17 ans. Se manifestant d'abord par d'étranges phénomènes climatiques, puis par le surgissement d'une machine monstrueuse, l'invasion extra-terrestre s'impose bientôt comme une évidence terrifiante.


attaque ET
Lire la suite 0 commentaires

Tout en haut

Mario Ramos

Pastel, 2005

Plop plop plop le crocodile.

Oh ! Dommage.

Bien essayé quand même.

Bravo le crocodile !

Le crocodile, l'éléphant, le rhinocéros... l'un après  l'autre les animaux se précipitent pour gravir une hauteur. Mais qu'y-a-t-il en haut de si tentant ? Et lequel des animaux va y arriver...


Avec deux double pages consacrés à chaque animal, l'album prend son temps. Peu à peu, une régularité s'installe : l'animal court et tente sa chance et il rate son but, mais c'était bien essayé.

Mais l'album est très amusant à lire avec les bruits des animaux qui s'élancent, les têtes des animaux et l’échec que les enfants prévoient rapidement et dont ils rient par avance. La chute au sens propre est toujours en grand succès.

Sous des dehors tout simples et avec beaucoup d'humour, l'album il y a une petite morale dans cet album avec ce singe qui s'est servi de tous les autres pour arriver au sommet et qui une fois arrivé se rend compte qu'il y en a d'autres plus hauts que lui et, même si le texte ne le dit pas, le singe tout seul sur son rochet a beau être plus haut que les autres, il n'a pas l'air si bien que ça.




Lire la suite 0 commentaires

Tu n'es pas (si) petit

Anna Kang, Christopher Weyant

Gautier-Languereau, 2014

Je ne suis pas grand.
Regarde.

Ils sont tous comme moi.
C'est toi qui es petit. 

Deux ours se rencontrent, l'un plus petit que l'autre.

Le premier est-il petit ou le second grand ?

Chacun a son idée et le débat s'envenime...


L'album montre avec humour comme on peut s'obstiner à ne remarquer qu'une petite différence. Puis cette différence est joliment relativisée avant de devenir sans importance.

L'album se finit sur un dernier clin d'œil amusant.

J'aime bien les illustrations. C'est tout simple mais les ours sont tout mignons et très expressifs.

Un album ludique pour parler de la différence et du racisme avec de jeunes enfants. 


Lire la suite 0 commentaires

L'heure bleue

Isabelle Simler

Editions courtes et longues, 2015

Album jeunesse

L'heure bleue, c'est le moment où le jour s'en va et où il ne fait pas encore nuit. Pendant cette heure, les animaux se regroupent, s'installent pour la nuit et d'autres au contraire sortent.


Le texte est poétique, très posé, on prend le temps d'observer ce qu'il se passe pendant cette heure.

Mais ce sont surtout les illustrations qui m'ont plu. A chaque page, c'est une découverte. C'est vraiment magnifique. Il y a un jeu incroyable avec la couleur bleue. De pages en pages, petit à petit, sans même s'en rendre compte, on passe du bleu ciel (enfin au bleu dragé si l'on en croit la présentation des différents bleu) au bleu nuit. A chaque page, le bleu se modifie légèrement et devient de plus en plus foncé et malgré tout, il y a partout beaucoup de luminosité. Magnifique.

Oiseaux livres jeunesse
Lire la suite 0 commentaires

Le fils de la nouvelle fiancée de papa

Séverine Vidal, Kris Di Giacomo

Editions Frimousse, 2011

Cosmo a sauté sur les genoux de ce Paul, Ça y st, il avait un nouveau frère tout beau, un qui jouera au foot avec lui, un avec un zizi, pas un frère nul comme moi.

Littérature jeunesse

Les parents de Prune ont divorcé et bien que la nouvelle n'aie pas réjouit Prune, elle y a gagné un poisson rouge et un chat. Mais son père a trouvé une nouvelle compagne et celle-ci a un fils...

 

On aime bien Prune. Elle est censée, sensible et drôle. C'est aussi une narratrice inventive qui s'adresse au lecteur. La question de la famille recomposée est abordée avec beaucoup de justesse.

Il y a plein de petite touche d'humour des adverbes que Prune glisse un peu partout à sa relation amical, c'est bien clair pour tout le monde, avec Barnabé en passant par les couches de son petit frère et les liaisons de ses parents.

Une première lecture bien écrite, bien illustrée, c'est précieux !

Lire la suite 0 commentaires

Le Choc des titans

Desmond Davis

MGM, 1981


Persée, fils de Zeus et d’une mortelle, doit sauver Andromède, la princesse de Jappa, offerte en sacrifice pour sauver son peuple du Kraken, énorme monstre marin qui accomplit la volonté des Dieux de l’Olympe.

Sur un scénario qui suit la mythologie grecque, ce film d’aventure est une véritable épopée fantastique servie par les effets spéciaux du grand Ray Harryhausen, maître de l’animation image par image. Loin des effets numériques assistés par ordinateur, Ray dût créer et inventer de nombreux monstres (scorpions géants, cheval ailé, femme-serpent, le Kraken, un hibou-robot), des transformations d’êtres humains en animaux ou en monstres. Ce film fût son dernier en tant que concepteur d’effets spéciaux.


Près de 30 ans séparent ce film de sa version de 2010, qui malheureusement ne colle pas autant à la légende et la simplifie considérablement, mais qui a le mérite d’être en 3D.

Ici, la distribution est remarquable : Lawrence Olivier, Maggie Smith, Ursula Andress, Harry Hamlin, … Un très bon film, visible par petits et grands, qui sortit la même année que L’Empire contre-attaque et Les Aventuriers de l’arche perdue.

Lire la suite 0 commentaires

Cherche Nounou

Meritxell Marti, Xavier Salomó

Sarbacane, 2015

  Sachez, chère madame, que je suis un ancien athlète. Champion de saut à la perche, pour être précis.

Une dame colle une affiche pour rechercher un baby-sitter. Elle reçoit les candidats un par un mais personne ne semble la satisfaire jusqu'à un saumon norvégien...


 Il y a beaucoup d'humour et plein de petits détails qui m'ont plu. Par exemple au fur et à mesure de l'après-midi, on voit l'heure avancer et le pot à gâteau se vider. On voit aussi venir la chute à des petits détails. La dame ne dit pas mon enfant mais "mon petit"...

Il y a un décalage entre le coté chaleureux de la maison, les petits coussins, les gâteaux, les fleurs un peu partout et les intentions de ses habitants.

Les animaux semblent s'insurger contre les idées reçues mais eux-même ne se méfient pas assez. La chute vaut le coût.


Lire la suite 0 commentaires

Au-delà de la peur

Abaton , tome 1

Christian Jelstch, Olaf Kraemer

La joie de lire (encrage) 2015

Une organisation secrète Gene-Sys contrôle et manipule l'environnement de personne afin de créer une élite qui agirait pour le bien de l'humanité.

Trois ados, Linus, Simon et Edda intéressent cette organisation. A eux trois, ils génèrent une "masse critique" jamais atteinte.

Il se rencontrent par hasard dans un camps de surdoués près de Berlin. Ils vont vite se rendre compte qu'ils sont observés, surveillés... Dès lors, l'aventure commence.


Un roman qui mêle différents points de vue et qui distille vraies et fausses pistes. Il y a beaucoup de suspense dans ce roman haletant malgré  quelques longueurs de temps en temps.

Avec en fils conducteurs : la peur, le courage, la soif de vérité.

Abaton est le première tome d'une trilogie. J'attends la suite avec impatience.

Lire la suite 0 commentaires

La grosse rumeur

Séverine Vidal, Kris Di Giacomo

EditionsFrimousse, 2011

Cosmo m'a pris ma poupée préférée (celle de mes huit ans) et lui avait coupé les cheveux. Comme ce n'est pas tellement son métier, coiffeur, et bien Cynthia elle ressemblait un peu à une brosse pour frotter la cuvette des W.C., en blonde. 

Prune la grosse rumeur

Dans la classe de Prune, il y a une histoire entre Marie et Josh. Les deux amoureux se sont disputés, ça fait tout une histoire. Et quand Marie ne vient plus à l'école, la rumeur enfle.

On suit cette histoire par les yeux de Prune, petite fille sympathique, assez raisonnable. C'est surtout son quotidien qui est intéressant : sa vision de la rumeur, sa nouvelle vie depuis que son papa est partie, son petit frère...

Le roman est très vivant. Les illustrations accompagnent bien le texte. . La mise en page est soignée, aérée et les illustrations dans les tons ocres sont très belles.

Un joli roman pour débuter en lecture.

Lire la suite 0 commentaires

L'enclave

auteur

Hachette (Black Moon) 2013

— Ils avaient une réserve entière remplie de reliques de toutes sortes. Fouiller là-dedans pourrait prendre des années…

— Est-ce qu’il y avait des livres ?

— Je pense, oui. Mais aussi des anciens outils technologiques, et des objets que je n’avais jamais vus de ma vie. Les Fouisseurs ne s’y intéressent pas. Ils aimeraient du poisson en échange.

— Du poisson ? demanda-t-il en s’esclaffant. Ils doivent être un peu stupides, alors !

Tout est relatif, pensai-je. Le poisson, ça se mange. Les livres, ça ne se mange pas.

Dans un monde post-apocalyptique, les hommes vivent sous-terre dans des tunnels. L'espérance de vie a été considérablement réduite. La vie est très difficile. Trèfle vit dans une enclave sous-terraine. Depuis toujours, elle respecte les lois strictes de l'enclave. Lois qui pense-t-elle protègent l'enclave et ses habitants.

Trèfle devient chasseuse, réalisant ainsi son rêve. Elle fait équipe avec Del qui a été recueilli par l'enclave mais ne fait pas vraiment parti du groupe. La jeune chasseuse découvre son métier, mène ses premiers combats. Mais peu à peu, notamment au contact de Del, elle se pose des questions sur les lois et l'organisation de l'enclave...

Dans le même temps, les monstres, sortes de mutants qui chassent les hommes pour les manger, semblent devenir de plus en plus intelligent sans que les dirigeants de la tribu ne veuillent l'entendre. Un danger de plus pour l'enclave où la survie est déjà précaire...


On plonge dans un monde apocalyptique. C’est affreux, c’est impressionnant, mais c’est passionnant ! On ne souffle pas une minute !

Lire la suite 0 commentaires

Ce n'est PAS une bonne idée

Mo Willems

Kaléidoscope, 2014

Un renard et une oie se rencontre et tous les deux semblent flasher l'un sur l'autre. Le renard, bien habillé, un vrai dandy,  on le devine tout de suite a de mauvaise intention. L'oie , avec son foulard sur la tête est son panier, un peu campagnarde semble sous le charme. Mais l'est-elle vraiment ?

Tout au long de l'album les six oisons préviennent que tout cela n'est pas une bonne idée.

L'album est très simple mais extrêmement bien construit. 

Sur une première double page, le renard et l'oie se rencontrent. Sur une seconde double page, uniquement du texte est très court.

Puis un rythme se met en place :

Une première double page avec sur la page de gauche, le renard propose quelque chose à l'oie et la page de gauche les montre tous deux le renard de plus en plus fourbe, l'oie de plus en plus docile.

Une seconde double page avec sur la page de gauche, un gros plan sur l'oie qui n'est plus du tout rougissante et sur la page de droite la réponse de l'oie qui acquiesce à tout.

Sur une troisième double page, les oisons de plus en plus nombreux préviennent que ce n'est pas une bonne idée.

Si l'on fait attention, on remarque que peu à peu l'oie prend de plus en plus de page sur la double page de sa réponse jusqu'à prendre toute la page puis les trois dernières doubles pages de l'album

Il y a plein de petites choses à observer comme les animaux méfiants qui ferment leur porte devant le renard, les oisons tellement semblables et tous différents et le pigeon bien sûr qui s'est glissé dans les armoiries du pont.

L'alternance entre le texte d'un coté et l'illustration de l'autre avec un texte écrit blanc sur fond noir et encadré fait penser à un film muet. De même que la représentation de l'oie sous forme d'un zoom arrondi fait penser à un plan avec une caméra.

Tout au long de l'album, on est sûr d'avoir compris que le renard est le plus rusé et que tout cela va mal finir. La chute renverse la situation et elle est amusante. En relisant l'album, on voit peu à peu tous les indices qui nous guident vers la fin.

Un album vraiment très réussi.

Consulter le site de Mo Willems

Lire la suite 0 commentaires

C'est l'histoire d'un hippopotame...

Agnès de Lestrade, Guillaume Plantevin

Sarbacane, 2014

 C'est l'histoire d'un hippopotame,

padam padam, qui va prendre son bain,
tagada tsoin tsoin.

Il enfile son maillot rose, son bonnet de bain, 
et plouf dans la mare. Tandis qu'il batifole,
il chante comme une casserole. 

Vêtu d'un  maillot de bain rose, un hippopotame chantonne gaiement et se lave. Mais les autres animaux n'apprécie pas trop sa chanson et complote pour le faire taire. Pourtant quelqu'un apprécie sa voix. 


Il y a beaucoup d'humour dans l'histoire de cet hippopotame qui aime chanter mais ne chante pas très bien et dérange les animaux.

Entre les répétitions et les rimes, le texte est extrêmement rythmé. 


Ces derniers mois, nous avons lu et relu le livres aux classes, aux enfants des TAP, pendant les heures du conte et les contes musicaux et nous avons toujours rencontré un très grand succès.


Proposé par  Virginie

Lire la suite 0 commentaires

Frozen

Melissa de La Cruz, Michael Johnston

Albin Michel, 2015

Tous, ils étaient des enfants et des orphelins. Et Slob était le pire de tous, la plus grosse brute de la cour de récréation.

Dans le futur, la terre est plongée dans une ère glaciaire. 

Nat est une marquée. Ça signifie qu'elle a des pouvoirs qu'elle ne maitrise pas très bien mais surtout qu'elle doit se cacher.

Wes est à la tête d'un petit groupe de mercenaire. Il aide les gens à sortir de New Vegas. 

Nat a un espoir : trouver le grand bleu où il fait bon vivre et une voix intérieur l'y pousse. Elle fait appel à Wes pour la faire passer. C'est un long voyage : il faut sortir de New-Vegas, rejoindre la coté en traversant le grand dépotoir puis naviguer sur les eaux polluées. Un voyage long et dangereux...


Je suis vite rentrée dans le roman. Il y a plein de rebondissements, on ne s'ennuie pas. On voit les choses en suivant le point de vue de Nat ou de Wes.

Le roman est écrit à quatre mains et je trouve qu'il a une grande unité. Je ne sais pas comment les auteurs s'y sont pris pour travailler à deux mais c'est réussi.

La première partie du roman, entre dystopie et post-apocalypse, m'a bien plu. Il fait froid dans ce futur, la vie est vraiment difficile et un verre d'eau est un luxe. Il y a des descriptions intéressantes de la nature abîmée, de l'océan qui n'est plus que toxiques et déchets mais aussi des animaux qui réussissent à survivre.

Le roman donne la situation sur l'ensemble du continent. Alors que souvent, les histoires post-apocalyptiques ne parlent que du pays dans lesquels se déroulent l'histoire, on a là, un état du monde en entier. J'ai apprécié.

Petit à petit, ce monde de SF rencontre un monde de fantasy avec un Atlantide et des personnages venus de ce monde et ça aussi ça m'a bien plu.

Mais, il y a un mais, si dans la première partie l'histoire part bien, j'ai trouvé la seconde un peu moins bien, trop rapide.


Je retiens quand même la rencontre de la SF et de la fantasy que j'aime bien et qui est originale.


Lire la suite 0 commentaires

Robot

Leo Timmers   

Milan, 2014

Sam aime les robots.

Il est convaincu qu'ils habitent sur une lointaine planète.

Mais personne ne le prend au sérieux. 

Sam aime les robots, il en parle toujours et défend une théorie selon laquelle, ils viennent tous d'une autre planète mais personne ne l'écoute.

Sam décide de construire son propre robot et il y parvient. Il crée Franky et tous deux deviennent de véritables amis. Ils multiplient les facéties et tout va bien. Mais peu à peu Franky devient triste...


Les illustrations sont pleines d'humour et l'histoire est sympathique. Il y a plein de choses à observer, j'y ai vu des références à ET...

C'est plutôt rare un album qui tourne autour de la SF et celui-ci est bien amusant.

Lire la suite 0 commentaires

Monsieur Chat

David Wiesner

Le Genévrier, 2014

  Regardez, Monsieur chat, un nouveau jouet.

Monsieur chat est couvert de cadeaux par son maitre mais il s'en soucie peu. Pourtant lorsqu'arrive une petite soucoupe, il est intrigué. Quelques petits coups de patte et les pauvres extra-terrestres dans leur vaisseau spatial en sont tout retournés.

Ils trouvent refuge sous la commode et découvre que les insectes eux aussi subissent les jeux du chat. Une coalition se met en place.


Entre album et bande dessinée, l'album est drôle et particulier. Tout est dans l'observation de l'image, il y a peu de texte et les extra-terrestres parlent une langue inconnue.

On s'amuse à constater que tous les jeux qui ont tous une étiquette avec leur prix et que le chat s’intéresse justement au seul objet sans prix.

Le chat, noir aux yeux jaunes est impérial. Il est joueur, à l’affût, un peu hautain.

L'humain, avec ses jouets inutile, est complétement dépassé. Il n'a aucune conscience de ce qui se joue.

Pauvres extra-terrestres ! leur rencontre avec les habitants de la terre n'est pas de tout repos.

J'aime beaucoup le clin d'œil final : la présence des ET aura marqué les insectes.

Lire la suite 0 commentaires

La belle aux ours nains

Emile Bravo

Seuil Jeunesse, 2009

 - Et ça fait quoi une princesse ?

     - Heu ? Ben ça se marie avec un prince, pardi !

 Il était une fois une princesse détestée par sa belle-mère qui se retrouve dans la forêt. Elle se réfugie chez les sept ours nains, prête à tout pour rester, mais tout de même pas à faire le ménage. Les ours comprennent bien que la seule solution est de lui trouver un prince charmant. Mais entre les princes transformés par de méchantes sorcières et ceux que ni Cendrillon ni la belle au bois dormant ne sont prêtes à partager, la quête n’est pas si facile.
Emile Bravo nous fait bien rire avec cette bande dessinée pleine d’humour qui revisite les contes classiques. Mais attention le danger pourrait ne pas venir des méchantes fées mais d’un objet qu’on trouve beaucoup dans nos salons et peu dans les contes.

Lire la suite 0 commentaires

Sorcellerie culinaire

Isaline, tome 1

Maxe L'Hermenier, Yllya

Bambou, 2015

Isaline, issue d’une lignée de sorcier, est une jeune fille presque ordinaire, timide, discrète et secrètement amoureuse de Thomas, le plus beau garçon de la classe. Mais la concurrence est dure et, le jour où il l’invite à son anniversaire, Isaline n’a qu’une idée, le séduire.

Elle se confie donc à sa grand-mère qui lui conseille un grimoire mais la magie n’est pas un jeu et lors de la fête rien ne se passe comme prévu…


Ce premier opus d’Isaline, héroïne attachante, est un récit agréable, vif et haut en couleurs.

Maxe L’Hermenier livre avec brio soixante-dix pages d’aventure sentimentale, d’humour et de rebondissements. 

Lire la suite 0 commentaires

Memory Park

Fabrice Coline

Mango (Autre-Monde), 2007

La Poldavie est une petite république d'Europe centrale peuplée d'habitants d'origine roumaine et ukrainienne.
En 2019, la plupart des Ukrainiens ont été arrêté et exterminés dans des camps de concentration avant que la communauté internationale ne réagisse.
Pavel, 16 ans a survécu à ce génocide.
Le nouveau président de Poldavie veut que tout le monde oublie le génocide et recherche tous les survivants pour effacer leur mémoire et implanter dans leur cerveaux de nouveaux souvenirs.
 


Un roman de science-fiction sur le devoir de mémoire. Mais n'imaginez pas un cours, le récit est parsemé de rebondissement, de courses poursuite, de suspense...
Une mention spécial à Pavel, personnage courageux et déterminé.
Lire la suite 0 commentaires

Bonne nuit ma Cocotte

Emile Jadoul

L'école des loisirs, 2004

Maman Poule! Maman Poule!

Tu es là, hein?

Mon Lapinou veut un dernier bisous...

 

 

C'est l'heure de se coucher. Cocotte est au lit mais Maman Poule a mis son beau collier. Cocotte est bien inquiète. Pardon, c'est Lapinou, le doudou de Cocotte qui est inquiet.

 

Un album tout mignon avec une petite Cocotte qui utilise toutes les techniques pour retarder le coucher connues : un verre d'eau, un bisou...

J'aime bien la manière dont Cocotte reporte ses inquiétudes sur son doudou.

L'album est rythmé. C'est presque une randonnée avec à chaque page l'appel de la Cocotte et les réponse rassurante de la maman.

J'aime beaucoup les illustrations d'Emile Jadoul.Les personnages sont tout en rondeur.

Lire la suite 0 commentaires

Double doudou

Susie Morgenstern, Jean-Charles Sarrazin

L'école des loisirs, 2002

Arthur emporte son doudou partout.

Il l'emporte au supermarché...

... dans le métro...

...au jardin ...

... à la crèche...

... et surtout au lit.

doudou livre pour enfant

Arthur ne quitte pas son doudou. Pourtant, à  la plage, sa maman dit qu'il ne peut pas se baigner avec et accroche le doudou au parasol.

Pour Arthur commence la course au doudou. Mais personne ne semble vraiment l'aider ni les mouettes, ni la girafe, ni les pompiers. Tout le monde semble surtout très étonné. Qu'y a-t'il se si étonnant à vouloir reprendre son doudou.


Un album plein d'humour. Tout l'aspect comique réside dans ce que le texte ne dit pas et que l'illustrations montre clairement : la nature du doudou.

Pour Arthur, rien de plus naturel que son doudou mais les gens sur la plage, comme les pompiers, la girafe... et le lecteur sont bien étonnés.



doudou album jeunesse
Lire la suite 0 commentaires

Têtards, têteurs de tétines

Jean-Michel Zurletti

Lirabelle, 2003

Oh têtard, entêtés de téter à tue-tête

il est temps de quitter vos tétines.

Non non non Tonton toucan, nous avons tous le temps

Tout un groupe de têtards tètent leur tétine et s'en donnent à cœur joie. Pour Tonton Toucan, il est temps de se séparer des tétines mais les têtards ne sont pas convaincus.


Le texte est précis, très rythmé. Il y a un formidable jeu d'assonance. L'album est parfait pour être lu à haute voix.

Les illustrations en collage sont dans des tons sombres. C'est surprenant dans un album pour les tout-petits mais ça va très bien avec l'album qui lui est placé sous le signe de l'humour.

L'album est bien plus l'occasion de s'amuser et jouer avec les sons que de se séparer de sa tétine. Et c'est très bien comme ça !


Lire la suite 0 commentaires

ce lapin appartient à Emily Brown

Cressida Cowell, Neal Layton

Casterman, 2007

Puis afin que personne ne l'entende, Emily Brown chuchota à l'oreille de la reine : 

"Vous voyez cet horrible nounous doré ?

Jouez avec lui toute la journée. Dormez avec lui, serrez-le très fort contre vous. Et faites lui vivre plein d'aventures. Vous verrez qu'après, il deviendra votre nounours à vous toute seule.

Et à personne d'autre.

doudou Album jeunesse

Emily vit de grandes aventures avec Stanley lapin. Mais la reine Gloriana souhaite acquérir Stanley. Elle est prête à l'échanger contre les plus belles richesses.

Emily n'y réfléchit même pas une minute : pas question de se séparer de son compagnon.

 

L'album commence comme une randonnée avec les aventures d'Emily et de Stanley interrompue par l'armée de la reine et le refus de d'Emily avec des mots qui reviennent : "il ne s'appelle pas Lapinoudoudou, il s'appelle Stanley." 

Pour finir l'album, Emily Brown définit parfaitement ce qu'est un doudou. Elle insiste sur le fait que pour être le parfait compagnon, moelleux à souhait, il est important de passer du temps avec lui.

Les illustrations sont très diverses avec du dessin, du collage, des photos retravaillées et elles apportent beaucoup à l'histoire.

Lire la suite 0 commentaires

Agathe

Pascal Teulade, Jean-Charles Sarrazin

L’école des loisirs, 1999

Agathe se retrouve devant une montagne rouge.

"Je vais l'escalader"

Soudain la montagne se met à bouger.

"c'est un tremblement de terre !"


Comme chaque dimanche, la famille Fourmi fait une promenade sur la plage. La petite Agathe court loin devant les autres. Tellement loin que sa famille la perd de vue. En chemin, elle trouve une drôle de montagne et une aventure pleine de danger commence.


Dans cette album texte et image se répondent : le texte donne la version d'Agathe tandis que le lecteur comprend qu'elle est cette montagne avec les illustrations.

On joue avec le corps humain pour le plus grand plaisir des enfants : le nombril devient grotte, les cheveux des lianes... Les enfants s'amusent à décrypter le quiproquo. C'est un grand moment d'amusement à chaque fois.

Lire la suite

Cantoria

Danielle Martinigol

l'Atalante (Le maedre) 2013


Réalises-tu, Khena, que tu pars pour le cantorium, le plus haut lieu consacré au chant de toute la planète Cantoria. Tu en as tant rêvé ! Nul autre endroit n'est aussi célèbre pour accomplir une carrière de chanteuse au service de la déesse Astrale. Et voilà qu'à partir de demain, tu seras là-bas et tu feras partie des meilleures Notes du monde ! 


Mais sur Cantoria tous les chanteurs ne sont pas égaux. Conduite par Arth, un garçon à la voix exceptionnelle, la révolte gronde. Lorsque Khena part aux limites du système stellaire, Arth et les rebelles embarquent clandestinement. Mais une menace rôde dans l'espace. Et dans l'ombre les enChanteurs agissent....

Cantoria est un roman touchant, bien construit qui plonge le lecteur dans un univers musical original. 

Lire la suite 0 commentaires

C.H.A.R.L.Ex

Danielle Martinigol

Syros (Soon) 2013

Le projectile perfora la capsule de survie, atteignit Charlex à la tête et la tua sur le coup.

Quand dans un spasme, elle revint à la vie, elle ouvrit les yeux mais ne vit rien. Elle se trouvait dans le noir absolu.

Elle toucha son visage et constata qu'elle portait des gants et un caque. Elle tâtonna autour d'elle et compris qu'elle était enfermée dans un cylindre.

Une phrase émergea de sa mémoire singulièrement confuse. 

"Dis toi que tu as été préparée à tout".

C H A R L Ex est une jeune Cyber Humaine Améliorée. Elle a été entraînée pour intervenir sur des planètes en conflit avec la Confédération des Mondes Humains. 

Mais en chemin pour Terhyd, une planète rebelle, son vaisseau est attaqué. Elle se pose tant bien que mal mais elle a été blessée et a perdu une partie de sa mémoire.

Aidée de deux nanêtres ayant pris la forme d'un petit garçon et d'un chien, elle entreprend de mener sa mission à bien mais la situation de la planète ne correspond pas à ses données, Charlex est obligée de s’adapter, d’autant qu’un autre amélioré la poursuit …


Un roman très complet qui touche à l’écologie, à la puissance des multinationales. Il y a de l’aventure mais aussi beaucoup de psychologie. Avec Charlex, on se demande jusqu’où peut aller la science. Un être génétiquement amélioré est-il encore un humain et un nanêtre, nuage de nanomachine peut-il avoir des sentiments ?

Il y a beaucoup de rebondissements. Comme Charlex, on se demande souvent à qui on peut se fier et où est la vérité.


Lire la suite 0 commentaires

L'or bleu

Danielle Martinigol

Hachette (Le Livre de poche jeunesse) 1989

L'eau... Le précieux liquide. Après l'or noir du siècle précédent, les humains avaient appris la valeur de l'or bleu, le plus inestimable de tous les biens, celui de la survie.


Vivant dans une station spatiale, Bruce vient, pour la première fois, en vacances sur Terre. Il y découvre une vie difficile du fait du manque d’eau et un peu injuste où tout le monde oublie tout dans les jeux vidéo.

Malgré lui, il se retrouve impliqué dans un complot pour rendre l’eau à tous. C’est dangereux mais ça lui permet de faire la connaissance de Bérénice, la belle actrice qu’il a découverte dans un jeu…

Le roman est court et efficace. Tout tourne autour de l'écologie et on ressort de la lecture avec l’envie de faire tout de suite attention à notre consommation d'eau. Ecologie, jeux vidéo, histoires d'amour... Tout est réuni pour un roman assez prenant. 


Lire la suite 0 commentaires

Je voudrais que tu m'aimes

Marie Wabbes

L'école des loisirs, 2007

Tu me serreras contre toi, 

tu me feras un gros câlin.

Tu me donneras des bisous partout.

Je serai ton doudou.

 Parmi plein d’autres peluches, un petit ours espère être distingué, devenir le grand compagnon d’une petite fille. Il sera enfin soigné, protégé… aimé !


Cet album a l'originalité de donné la parole à un doudou. La situation est inverse : ce n'est plus l'enfant qui a besoin du doudou mais le doudou qui a besoin d'être aimé.

L'album montre bien la différence entre un ours en peluche et un doudou et comment le doudou accompagne un enfant en toutes circonstance.

C'est joli, un peu mélancolique d'autant que les couleurs des illustrations s'y prêtent.

Lire la suite 0 commentaires

Gros ours, il fait froid !

Emile Jadoul

Casterman (2014)

La neige tombe, gros ours rentre vite chez lui.
Soudain...
C'est quoi ce drôle de bruit derrière le rocher ?


L'album est tout simple. Gros ours se promène dans la neige, il rencontre des animaux frigorifiés et en prend soin les mettant au chaud pour les ramener chez lui.

Les animaux sont cachés derrière des volets qu'il faut soulever alors sûr que les enfants seront accrochés.

Le livre semble être assez solide pour être laissé dans les mains des tout-petits.

Comme toujours avec Emile Jadoul, tout est en tendresse, sur le principe de l'amitié et du partage.

J'aime beaucoup le clin d'œil final. L'ours est peut-être Gros Ours dehors dans la neige devant les petits animaux mais chez lui, c'est Petit Ours.


Lire la suite 0 commentaires

Il suffit parfois d'un cygne

Emilie Chazerand, Nicolas Gouny, Jean-Marco Montalto

La souris qui raconte

Depuis une semaine, il y a une nouvelle dans ma classe. Elle a un prénom qui plairait à papa : elle s’appelle Colombe

bruit des oiseaux

Balthazar vit avec son papa qui est ornithologue. Sa mère est partie quand il était petit, une situation qu'il ne vit pas très bien.

Dans sa classe arrive une petite nouvelle : Colombe. Tout de suite, Balthazar comprend que Colombe a un chagrin comparable au sien. Il décide de se lier avec elle.

L'histoire est très jolie. Le début où Balthazar parle de l'abandon de son père est vraiment sans concession. Les choses s'adoucissent avec l'arrivée de Colombe.

J'aime bien les illustrations, elles sont belles, nuancées, un peu pales mais ça va bien avec l'histoire.

L'originalité de l'histoire vient surtout des jeux de mots autour des oiseaux. Je ne pensais pas qu'il y ait autant de vocabulaire et d'expression qui utilise les "mots d'oiseaux". C'est très chouette (oh, voilà que j'y met aussi ^^)

L'autre originalité vient du fait que l'album est un livre numérique et interactif. L'interaction se concentre surtout sur le son. A chaque page, on entend différents bruits d'oiseaux et ça plonge le lecteur dans l'ambiance de cette histoire qui tourne autour des oiseaux.

Livre interactif
Lire la suite 0 commentaires

Tête-à-tête avec mon chat

Isabelle Simler

Editions courtes et longues, 2013

J'ai étiré une patte, deux pattes, trois pattes, quatre pattes,

et j'ai pensé en souriant entre mes moustaches...

... Je suis un chat.

chat noir

Une petite fille est très complice avec son chat. Tous deux aiment être ensemble et se raconter leur vie.

Et puis un jour, la petite fille se retrouve dans le corps du chat et le chat dans celui de la petite fille.

Personne ne s'aperçoit de rien alors le chat part à l'école et la petite fille vit une journée de chat.

Une histoire étrange mais très jolie.

Le texte et les images instaurent un rythme particulier : 

Lors que le texte est plus long, les illustrations montrent plusieurs choses sur une même page presque comme une BD.

 

Lire la suite 0 commentaires

Celle que je ne suis pas

Vanyda

Dargaud, 2008

 Résumé de l'éditeur :

C’est le jour de la rentrée. Le vague à l’âme, Valentine, 14 ans, prend le bus pour le collège. A la porte de l’établissement, elle est heureuse de retrouver ses copines Julie, Yasmina et Emilie. Ensemble, elles sautent de joie à l’idée d’être de nouveau réunies dans la même classe, la troisième 3. Cependant, Valentine ne peut s’empêcher de jeter un oeil furtif sur les listes affichées: Félix, le garçon dont elle est secrètement amoureuse, est en troisième 4. Les quatre copines ont à peine le temps de raconter leurs vacances, que la sonnerie retentit. Elles rentrent en cours, découvrent leur prof principal et copient un emploi du temps plutôt bien foutu, cette année, une fois n’est pas coutume. Le soir venu, Valentine rentre chez elle et se cale devant la télé en attendant le retour de sa mère. Divorcée, cette dernière éduque seule et de son mieux sa fille unique Valentine n’est guère bavarde, comme à son habitude. La nuit venue, elle cherche le sommeil en fantasmant sur les 1000 façons d’aborder Félix dans l’optique d’un début de relation favorable.

En fait, j’aime ça parce que c’est un groupe d’amis.

Lire la suite 0 commentaires

Tombés

Merle tombe de la branche.
Il pense au conseil de Maman : vite, battre des ailes !
Trop tard...
Boum ! Merle se retrouve par terre.

     

Merle tombe de sa branche et soudain, ça semble très grave. C'est bleu, c'est rouge, c'est tordu...Tout le monde a sa petite idée sur le sujet.

Quand tout à coup, tout le monde part jouer...

Les illustrations sont très belles. C'est tout tendre et amusant.

Je pense que pas mal d'enfant se reconnaîtront dans ce petit merle qui s'inquiètent beaucoup pour sa blessure jusqu'au moment de jouer.

On part dans une histoire tragique et rapidement on bascule dans l'humour.

C'est charmant !

 

Une interview de Claude K. Dubois

Billet proposé par Virginie

Lire la suite 0 commentaires

Les cinq mal foutus

Béatrice, Alemagna

Hélium, 2014

Ces cinq-là ne faisaient pas grand-chose dans la vie, surtout, il n'avaient pas très envie de faire quoi que ce soit.

Ils habitaient une maison brinquebalante qui aurait pu s’effondrer d'une minute à l'autres. Ils discutaient souvent pour savoir lequel était le plus nul d'entre eux.

Cela les amusait beaucoup.

Résumé de Babelio : Ils sont cinq mal foutus (l'un est troué, le deuxième est plié en deux, le troisième est tout mou), avec des idées à leur image. Un jour, ils rencontrent LE parfait !


Un album poétique et sensible, ode aux défauts et aux particularités de chacun.  

Un bel hymne à la différence.


Lire la suite 0 commentaires

 Vidéo Girl Aï 

Tome 1

Masakazu Katsura

Tonkam, 2008

Manga shôjo

Résumé éditeur : Yota aime Moémi. Mais Moémi en aime un autre. Et Aï, la fille du magnétoscope, est là pour résoudre ce problème. Mais Dieu qu’il est dur d’intervenir dans les sentiments… 


Avis : J’ai aimé ce manga à cause des personnages et surtout Aï parce qu’elle a beaucoup de qualités. J’ai aussi aimé parce qu’il y a beaucoup de rebondissements dans cette série.

 

Lire la suite 0 commentaires

Flora et Ulysse

Kate DiCamillo, K. G. Campbell

Les grandes personnes, 2014

Il se sentait dans une forme éblouissante. Fort, intelligent et plein de capacités... mais aussi : affamé

Notre écureuil avait très très faim.


Flora est une petite fille cynique qui aime les bandes dessinées. Lorsque sa voisine aspire Ulysse un écureuil et qu'à la suite de cela, Ulysse développe des pouvoirs, Flora en est sûre, c'est devenu un super-héros et ensemble, ils vont arrêter les méchants.


Le texte est accompagnée de planches de BD. Cela donne beaucoup de rythme à l'ensemble. Texte et illustrations se répondent bien. Ca va beaucoup plaire aux enfants.


Le roman est très drôle. L'idée de départ : un écureuil après avoir été aspiré acquière de nouvelles compétences est vraiment amusante. 

On trouve de l'humour :

dans les pensées de l'écureuil qui oscille entre poésie et "quand est-ce qu'on mange"

dans les pensées de Flora qui se réfère constamment à une bande dessinée avec super héros et à son supplément " toutes sortes de choses horribles peuvent vous arriver"

Dans la description des personnages secondaires gentiment farfelus.

dans les situations ( l'attaque de Georges Buckman par un gros chat avec l'intervention de l'écureuil devenu super héros m'a beaucoup fait rire et ce genre de scènes se répètent.

Bref, on trouve de l'humour partout.


Mais ça va plus loin. Flora est un personnage sensible qui ne vit pas bien la séparation de ses parents. Elle a même l'impression que sa mère lui préfère une lampe.  Et que dire de William Spiver son petit voisin qui ne s'entendant pas avec son beau-père se retrouve chez sa tante ? 

Les situations des personnages sont vraiment critiques. D'ailleurs par moment, on assiste à de mini séance de psychologie notamment avec voisine qui comprend tout.

C'est touchant.


Le roman oscille entre humour et tendresse. C'est très réussi.


Lire la suite 0 commentaires

Pedro Crocodile et George Alligator

Delphine Perret

Les fourmis rouges, 2013

- Regardez, les enfants ... Un cro-co-dile !

On entendit une minuscule voix, au fond de la classe, près du radiateur.

- Ah non, pas du tout, c'est un alligator ! Le crocodile, c'est celui qui s'est planqué derrière le placard.

Pedro Crocodile. mène une vie tranquile et heureuse jusqu'au jour où George Alligator arrive chez lui. George Alligator n'est pas content. Il en a assez d'être confondu avec un crocodile.

Pedro Crocodile affirme que ce sont de la faute des enfants s'il y a confusion.

Voilà les deux cousins partis pour donner une bonne leçon aux enfants.

L'album est très amusant parfois loufoque.

 

Le point de départ est étrange George Alligator ne veut pas être confondu avec un crocodile. Pourtant dans l'illustration rien ne le distingue. On ne voit pas sa fameuse quatrième dent qui est censée dépasser. 

On comprend tout de suite qu'on ne lira un album qui veut nous apprendre à différencier les deux animaux et qu'il s'agit d'une histoire pour rire.

Pour semblables qu'ils soient, j'ai une vrai préférence pour Pedro Crocodile, animal zen qui semble ne pas se compliquer la vie tandis que Georges Alligator semble toujours énervé.

 

J'aime beaucoup les illustrations. Tout est au crayonné sauf les deux cousins qui sont du même vert. Vert avec lequel leur prénom est écrit dans le texte. Ça donne une vrai unité à l'album.

 

Lire la suite 0 commentaires

Créa-Déco

60 objets faciles à réaliser

Fleurus, 2002

Créa-déco

Résumé : ce livre présente des créations de toutes sortes comme des coussins à décorer, des tasses, des pots,…

 

Avis : J’ai testé les cadres pour mettre des photographies et c’était très facile à faire. Le résultat est très réussi.

 


Texte proposé par Littlecréative

0 commentaires

Gipsy

Marie-France Chevron,  Mathilde Magnan

Editions courtes et longues

Je n'emporte rien avec moi que mes rêves et mes souvenirs. Je me nourris de ce que je trouve sur le chemin. Je me nourris aussi de la liberté d'aller et venir où bon me semble. On n'a pas besoin de plus pour vivre bien.

Gipsy est une pie. Toute jeune, elle est tombée du nid et a été recueilli et soigné par Manu. Manu et sa famille vivent dans une roulotte et voyagent. La famille de Manu est devenue celle de Gipsy.

C'est Gipsy la narratrice de ce bel album. Elle décrit l'accueil de la famille et comme elle se sent bien avec eux. Puis elle parle de ses voyages et de sa liberté. Enfin, et c'est la partie la plus intéressante, elle explique le rejet des autres oiseaux qui se méfient d'elle.

Le texte est joli, avec des phrases assez courtes. Il y a une belle complémentarité texte image : la pie expose sa version et les illustrations en montre une autre. Ca retient beaucoup l'intérêt des enfants sur les pages de neige et de plage.

A travers la pie, c'est bien la vie des gens du voyage et l'exclusion dont ils sont victimes dont il s'agit. C'est un sujet rare dans les albums jeunesse et je trouve qu'il est traité ici avec beaucoup de poésie et de nuance.

Lire la suite 0 commentaires

Scott Pilgrim vs the world

Tome 2

Bryan Lee O'Malley

Milady, 2010


Résumé éditeur :

Scott Pilgrim a deux filles sur le feu.

Quand il est avec Knives Chau, il a l’impression qu’il peut oublier son passé et

repartir de zéro.

Quand il est avec Ramona Flowers, il est prêt à tout

accepter, à grandir et à aller de l’avant.

Mais Ramona a un passé

encombrant : sept ex-petits amis maléfiques, qui viennent tour à tour

contester à Scott le droit de sortir avec elle.

Que va-t-il se passer quand Knives rencontrera Ramona ?

Que va-t-il arriver quand les ex de Scott vont à leur tour faire leur apparition ?


Avis : J’ai bien aimé ce livre car il y a de l’action

et c’est une belle bande dessinée.

Lire la suite 0 commentaires

Little Man

Antoine Guilloppé

Gauthier-Languereau, 2014


Cassius aime cette nouvelle ville.
Elle est en lui  comme un gros moteur qui ronronne.
Son Souffle est chaud et réconfortant.

Cassius a traversé l'océan avec sa famille pour fuir la guerre. Réfugié à New-York, il regarde de loin Manhattan rêvant de traverser le pont. Un rêve inaccessible ? Pas si sûr.
L'album est particulièrement bien construit.
Dans toute la première partie, Cassius rêve de traverser le pont et de se promener dans Manhattan. Mais ce rêve semble inaccessible. Les deux premières pages, avec le jeune garçon derrière son grillage sont très forte.
Puis au milieu de l'album, Cassius se souvient de ce qu'il a vécu.
Le retour à New-York marque un tournant dans le texte qui devient très positif : " Maintenant, il n'a plus peur" jusqu'au très beau final.

L'album est magnifique. Antoine Guilloppé joue sur le noir et blanc, utilise son système de découpe au laser, rajoute des couleurs unies en pour le ciel ou des petits éléments.
L'ensemble donne vraiment une impression incroyable, le ciel est tantôt menaçant tantôt protecteur.
La représentation de New-York entre sky line et statue de la liberté est incroyable. On s'y croirait. Les découpes montrent des gratte-ciels tantôt menaçants, tantôt lumineux. C'est sublime.

Une très belle promenade pleine d'espoir dans New-York !

Texte proposé par Virginie

Lire la suite 0 commentaires

La louve

Clémentine Beauvais, Antoine Déprez

Alice (Histoires comme ça)

Villageois,

L'hiver est rude. Comme d'habitude, vous avez pêché tous les poissons et chassé tous les lapin, les sangliers et les biches, laissant ma meute mourir de faim.

Mais, cette année, vous êtes allés trop loin. Vous avez capturé ma fille unique. J'exige que vous me la rendiez.

Un homme a tué un louveteau pour faire un manteau à sa fille. Mais ce petit loup était la fille de la sorcière Louve. Cette dernière a lancé un sortilège : si dans trois jours, on ne lui rend pas son enfant alors Lucie, la fille du chasseur mourra.
Au village, personne ne sait quoi faire. Mais Roman, aidée de ses deux amis est bien décidée à sauver son Lucy. Elle a une idée : revêtir la peau du louveteau et duper la louve. Pas si facile de tromper une mère et Romane va travailler dur pour peu à peu se rapprocher du loup.


Les illustrations sont superbes dans cet album. On oscille entre les couleurs chaudes de l'intérieur des maisons, du printemps, de la fourrure de la louve et les couleurs froides de l'hiver et de l'orphelinat. Des pages crayonnées font avancer l'histoire plus vite tandis que d'autres en double page sans texte semblent prendre leur temps.
Romane, petite orpheline semble souvent perdue dans des salles ou des paysages immenses. Ce sont les illustrations qui nous font prendre conscience de sa transformation tandis que le texte semble minimiser ces changements.
C'est un album long mais avec beaucoup de dialogues ce qui rend la lecture plus vivante.
L'histoire est très jolie, troublante.

L'album rencontre un vif succès auprès des enfants beaucoup plus que ce à quoi je m'attendais.

0 commentaires

Lily la menteuse, tome 1

Ayumi Komura

Delcourt (akata) 2012

Résumé : Hinata Saotome, 15 ans sort pour la première fois de sa vie avec un garçon ! Et son amoureux, En Shinohara, a tout pour plaire ! Ravie d’avoir enfin un petit ami, Hinata va quand même déchanter en découvrant qu’En a une fâcheuse tendance à… se travestir en fille !! Pire : le résultat est tellement réussi qu’il a un énorme succès… auprès des garçons ! Comment Hinata va-t-elle gérer l’envahissante popularité de son amoureux ? (4e de couverture)


Avis : J’ai aimé ce manga car le garçon se transforme en fille et c’est original. On ne trouve pas ça dans tous les mangas.


Lire la suite 0 commentaires

Le livre papillon

Marine Locatelli, Claire Fauché, Jean-Marco Montalto

La souris qui raconte

Samedi, la souris qui raconte est venue présenter le livre papillon aux enfants de la bibliothèque Montesquieu. Nous avons nous aussi profité de l'histoire. Une histoire interactive entre album et première lecture.

Paolo vient d'arriver dans une nouvelle ville. Malgré tous ses livres, il est bien seul. Un jour, dans sa chambre, les livres s'agitent tourbillonnent et finissent pas s'envoler. Paolo ferme la fenêtre garder ses livres mais plusieurs sont déjà partis et parmi eux, le livre papillon, celui dans lequel il confie ses secrets.

Un peu partout dans la ville, des enfants trouvent les livres de Paolo...


C'est une très jolie histoire. Evidemment, mon cœur de bibliothécaire ne pouvait que s'émouvoir de voir que l'amitié arrive par les livres. Les illustrations sont jolies.

On peut choisir ou pas de faire lire l'histoire par un narrateur. La voix est belle et met bien le livre en valeur.

L'histoire est interactive, c'est à dire qu'à chaque page, on peut cliquer sur des objets, des personnages pour les faire bouger. L'interaction n'est pas répétitive. Sur certaines pages, on bouge des objets, sur d'autres, on fait apparaître de nouvelles illustrations...

Pour être pointilleuse, il arrive que l'on fasse progresser l'histoire en touchant une partie de la page, j'aurai préféré dans ce cas que le texte s'affiche au fur et à mesure que l'interaction fait progresser l'histoire. Mais j'ai trouvé les interactions inventives. Les enfants ont appréciés d'ailleurs.

J'ai beaucoup aimé la page où on aide Paolo à ranger ses livres juste en appuyant sur les livres. Ils vont ensuite se mettre directement à la bonne place. J'ai essayé juste après avec les livres de la bibliothèque mais ça ne marche pas.



Plus d'informations sur le site de la souris qui raconte.

Les enfants ont beaucoup aimé l'histoire. Ils ont bien sûr adoré le coté interactif qu'ils se sont très vite approprié mais ils avaient aussi hâte de connaitre la suite de l'histoire.

Marianne de la souris qui raconte est venue elle-même présenter le livres aux enfants. Elle leur a expliqué ce qu'était un livre interactif. Les enfants n'en avait encore jamais manipulé.

Tour à tour, chaque enfant a pu lire l'histoire aux autres et interagir sur l'écran.

Les enfants étaient enchantés. Certains ont demandé le titre du livre pour le relire chez eux.


Lire la suite 0 commentaires

Ascenseur pour le futur

Nadia Coste

Syros (Mini Soon +) 2014


« Brett réajusta… où il habitait »



1991. Depuis deux mois, Brett, jeune collégien de 11 ans, est le jouet de Jérémy Mazalet et sa bande de 3ème.

Un jour, Brett sort du collège le cœur battant ; la bande bouillonnante de colère le prend en  chasse. Brett cours à en perdre haleine. Au bord de la crise d’asthme, il se réfugie dans un bâtiment désaffecté de la zone industrielle. Paniqué, il ne sait où se cacher.

Quand soudain, les portes d’un ascenseur s’ouvrent. Un personnage, tout de noir vêtu qui semble le connaitre, apparait. Aubaine ou pas, Brett plonge dans cette étrange cachette.

C’est le début d’un voyage incroyable.


Un voyage dans le temps singulier qui débute en 1991 et finit en 2015. Des thématiques actuelles tel le harcèlement scolaire, l’accomplissement de soi jalonnent cette aventure.

Des personnages attachants, un message optimiste distillé tout au long de la lecture font de ce roman un voyage dans le temps agréable à suivre et à lire. 


Lire la suite 0 commentaires

L'heure rouge

Marie-Astrid Bailly-Maitre, Antoine Guilloppé

L'élan vert, 2010

Mine la souris a rendez-vous.

Rendez-vous avec le loup.

Il se fait tard. Le vent couche l'herbe et agite les moustaches de Mine

La souris a rendez-vous avec le loup. De son coté, le loup va l'attendre sous le grand arbre.

Tous les animaux qui la croisent préviennent l'imprudente souris : le loup n'est pas loin. Mais la souris continue son chemin.


On suit la petite souris avec inquiétude. Elle semble confiante mais les autres animaux ne le sont pas et on sait que le loup s'est tapi dans l'ombre.

Puis surprise, l'album bascule en un jeu d'ombre chinoise entre les deux animaux. On partage ce moment de complicité. On s'amuse avec les animaux à retrouver dans les illustrations l'animal qu'ils forment en ombre chinoise.. Quand on lit l'album à un enfant, on peut juste le laisser finir certaines phrases pour qu'il dise lui-même quel est l'animal qui est mimé.

Le texte et les illustrations se répondent à merveille. Comme souvent, Antoine Guilloppé joue sur le noir et blanc et les ombres. Ici, ça prend un sens particulier.

L'album est particulièrement soigné. Sur la page de garde de l'album, il fait jour et le loup sort du bois pour rejoindre l'arbre où il a rendez-vous. Sur la toute dernière page, alors que l'histoire est finie, il fait nuit. Sous le ciel étoilé, on voit le loup et la souris repartir de là où ils sont venus. Entre temps, le ciel, en fond, change de couleur au fur et à mesure que la soirée avance. On passe par du rose vif, du vert, de l'orange, du rouge...

Le texte finit sur le rendez-vous que les deux complices se fixent pour le lendemain. Je l'ai compris comme une invitation à lire et relire ce très bel album.

Lire la suite

Les ombres de la cité 

Mirapolis, tome 1

Hélène Montardre

Magnard, 2014

Un objet était posé sur la tablette.

Un objet comme il n'en avait jamais vu.

Le souffle court, il l'observa quelques instants.

L'objet avait une forme rectangulaire. Il était vert sombre. Une bordure dorée en faisait le tour. Le centre était orné d'un signe curieux : deux barres qui se rejoignaient à leur base. Anguéo était fasciné. Qu'est ce que ça pouvait bien être ? A quoi cela servait-il ?

A Mirapolis, la ville est séparée en deux. Il y a la ville d’en haut où vivent les privilégiés et la ville d’en bas où vivent les travailleurs. Les deux populations ne se fréquentent pas et ne se rencontrent jamais.


Dans la ville d’en bas, on travaille mais on ne manque de rien. Chacun reçoit tout ce dont il a besoin, à la compagne qui lui convient et disparaît un jour sans que personne n’y trouve rien à redire. Dans la ville d’en bas, on n’apprend pas à lire, tout les messages sont transmis par haut-parleur. On ne rêve pas non plus.


Angus vit dans la ville basse. Un jour, il trouve un couloir interdit ouvert et s’y aventure. Il s’y engouffre et découvre un objet qu’il ne connait pas. Sa trouvaille va attirer sur lui l’attention de Nakat, bibliothécaire de la ville d’en haut qui se rend compte qu’Angus a échappé au conditionnement que tout reçoivent et qui entreprend de lui apprendre à lire. Mais cela attire aussi sur lui l’attention des dirigeants de la ville d’en haut…



Un roman de SF sous forme de  dystopie traditionnelle : une ville séparée en deux avec des privilégiés et des travailleurs, une vie où tout est organisé pour le bien être commun et où les individus sont privés de leur libre arbitre, un petit groupe d’adolescent qui échappe au conditionnement et remet tout en cas. Tout est là.


Mais il y a aussi beaucoup d’originalité dans les détails et surtout dans la construction du roman. Les choses se mettent en place peu à peu. Certains chapitres montrent la progression d’Angus, d’autres celles des quelques adolescents de la ville haute qui ont conservé leur faculté de penser et de remettre en cause l’ordre établi. On comprend peu à peu comment Mirapolis a été créé, d’où vient le bibliothécaire.


J’ai bien sûr été touchée par l’idée que c’est par l’apprentissage de la lecture que le héros apprend à réfléchir, à tout remettre en cause et que ses rêves reprennent. Mais je dois avouer que j’ai trouvé certains chapitres sur les histoires que Nakat invente pour expliquer les choses à Angus un peu longue.


Ce premier tome pose bien les choses et il est prometteur. J’attends avec impatience la suite en espérant un peu plus d’action.


Lire la suite 0 commentaires

L'heure du bisou

Antoine Guilloppé

Gautier-Languereau, 2007

L'heure du bisou est partout.

Le soir, avant le noir,

à l'heure des premières peurs,

pour réchauffer le cœur.

C'est l'heure du bisou. Bisous pour se rassurer, se consoler. Bisous entre parents et enfants, entre animaux qui n'ont a priori rien à faire ensemble...


Un texte tout en rime avec des mots doux et rassurant, des illustrations avec des couleurs chaudes, tout est réuni pour un moment de partage et d'émotion.

Le cygne et la grenouille, l'ours blanc et l'orque, la girafe et le guépard, l'espace d'un album, les animaux qui pourraient s'ignorer ou même se dévorer partagent un bisou.

Plus encore que le texte qui est très poétique, j'aime beaucoup les illustrations. La page de la chauve-souris et du renard qui échangent un bisou éclairés par la pleine lune est magnifique, le baiser, tout en rondeur, entre le soleil et la lune donne une très belle touche finale à l'album. 


un formidable moment de tendresse !


Lire la suite 1 commentaires

Clic, clic, danger !

Jeanne Willis, Tony Ross

Gallimard Jeunesse, 2014

La troisième nuit, la poussinette
Acheta sur son ordinateur

Des trottinettes pour les moutons
Et pour les cochons des rollers.

Danger internet

Poussinette sort de son œuf et se dirige vers la ferme, elle y trouve l'ordinateur allumé et commence à surfer. Elle fait des achats, le fermier et la fermière sont plutôt étonnés lorsque les paquets arrivent. Poussinette achète pour ses amis des cadeaux, des voyages... puis une fois seule, elle essaie de se trouver des amis...

 

L'album met bien en évidence les mauvais usages que l'on peut faire d'Internet.
La poussinette se met à acheter n'importe quoi. Tandis que le texte relate juste ses achats, l'illustration souligne à quel point ces achats sont inadaptés.
J'aime beaucoup la page sur le taureau en vacances en Espagne...
L'album a un ton léger et on ne comprend qu'à la dernière page en quoi, il faut être prudent sur Internet. Je pense que l'album en dit bien plus en quelques pages que de long discours.
Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup d'album sur ce thème et j'ai apprécié l'originalité d'autant qu'il souligne certains dépassements sans faire la morale et avec humour.

 

Lire la suite 0 commentaires

Les sentinelles

Jonah, tome 1

 Taï-Marc Le Thanh

Didier, 2014

"Depuis que je te connais Jonah,

je sais que tu es un enfant exceptionnel."

Orphelin depuis sa naissance, Jonah fait très vite preuve d'une joie de vivre si intense qu'elle en devient contagieuse... Les gens autour de lui rayonnent. Il grandit malgré son handicap. Il est né sans mains et développe peu à peu une agilité incroyable et des compétences presque surnaturelles. Mais à la veille de ses 14 ans, un accident va bousculer sa vie...


Un roman riche et surprenant très agréable à lire.

Une vraie réussite 


Lire la suite 0 commentaires

Des ados parfaits

Yves Grevet

Syros (Mini Soon +) 2014

Olaf, commença Charlotte, je m'excuse de le dire comme ça, mais je ne l'aimais pas trop. Il faisait partie de ceux qu'on appelle les "robots de la classe" comme Anatole, Alexis ou Célia, des intellos intelligents, qui ne parlent jamais aux autres, qui ne rigolent pas , sauf Olaf hier, mais c'était la première fois.

Anatole et Célia appartiennent au petit groupe que les autres adolescents surnomment les « robots de la classe ». Ils travaillent très bien, ne posent aucun problème à leurs parents, fréquentent peu les autres et semblent tout simplement parfait. Mais lorsque l’un d’entre eux disparaît, Anatole et Célia commencent pour la première fois à poser des questions et même à braver des interdits.


Le roman est court et efficace. Toute l’histoire est placée sous le signe du mystère. On suit avec passion le cheminement d’Anatole et de Célia qui n’ont jamais rien remis en cause et n’ont même jamais pensé qu’ils pouvaient le faire. Comme eux, on se demande d’où vient leur particularité, comme eux, on est horrifié par la réponse…


On retrouve des thèmes chers à Yves Grevet : l'école, la lutte entre suivre les règles ou sortir du rang...



Lire la suite 0 commentaires